12 morts dans l’accident de Montbeugny (Allier), le rapport accablant

Douze personnes ont perdu la vie dans un terrible accident de la circulation survenu, en mars 2016, sur la RCEA entre Moulins et Montbeugny, dans l'Allier. / © MaxPPP/Philippe BIGARD
Douze personnes ont perdu la vie dans un terrible accident de la circulation survenu, en mars 2016, sur la RCEA entre Moulins et Montbeugny, dans l'Allier. / © MaxPPP/Philippe BIGARD

Le rapport d’enquête technique sur l’accident survenu, le 24 mars 2016, sur la RCEA  dans l'Allier qui avait coûté la vie à 12 personnes a été publié deux ans après le drame. Le conducteur et son oncle, propriétaire du fourgon, seront jugés le 13 juin pour homicides involontaires.

Par D.Cros

"Dépassement à vitesse excessive", "visibilité insuffisante"  ou "véhicule dans un état déplorable et en surcharge" sont les termes que l’on peut lire dans le rapport d’enquête technique relatif à la collision impliquant un poids lourd et un fourgon survenue, le 24 mars 2016, sur la RN 79 à Montbeugny dans l’Allier. 

Un rapport de 40 pages publié en mars 2018, deux ans après le drame. 

Ce terrible accident qui avait coûté la vie à 12 personnes de nationalité portugaise est encore dans toutes les mémoires. Ce jour-là, vers 23h40, un fourgon attelé d’une remorque percute un camion sur la route nationale.

Seul le conducteur a survécu. Les douze passagers ont perdu la vie. Partis de la Suisse, ils se rendaient au Portugal pour y passer les fêtes de Pâques.


"La cause directe de l’accident est la décision du conducteur du fourgon"


Le conducteur du fourgon est le seul survivant. Le jeune homme de 19 ans de nationalité portugaise suivait, un autre véhicule, conduit par son oncle qui effectuait le même trajet. Il a déclaré "assurer régulièrement la navette entre le Portugal et la Suisse pour le compte de son oncle". Il a précisé réalisé : "environ 20 allers-retours sur les 6 derniers mois".

Dans le véhicule précédant se trouvait son oncle. Lui aussi transportait des personnes. Il a expliqué : "exercer le transport de personnes et de colis entre la Suisse et le Portugal depuis avril 2015, à son compte, avec 2 fourgons et l’aide bénévole de 2 personnes, spécialement à l’approche des jours de fêtes. Il réalisait des trajets entre la Suisse et le Portugal une à deux fois par mois". 

Le rapport précise qu’au moment de l’accident les conditions météorologiques étaient bonnes. Il stipule : "La cause directe de l’accident est la décision du conducteur du fourgon qui, sans avoir la visibilité suffisante, a engagé un dépassement à une vitesse excessive avec un véhicule dans un état déplorable (freins et pneumatiques usés…) et en surcharge, auquel était attelée une remorque également dans un état technique défaillant".


"12 personnes transportées de manière illégale et dangereuse"



A l’intérieur du véhicule se trouvait 12 places assises, alors qu’à l’origine il n’en comptait que  six. Les enquêteurs indiquent que le fourgon a été aménagé de façon artisanale le jour même de l'accident. Le rapport indique que : "quatre banquettes de trois places assises étaient présentes à l’intérieur du fourgon. Aucune de ces banquettes n’était montée à l’origine dans le véhicule". Le rapport indique : "les 12 personnes étaient transportées de manière illégale et dangereuse".

Quant aux ceintures de sécurité, certains sièges n’en disposaient pas et d’autres avaient des ceintures n’étant pas conformes au marquage européen. Les pneus du véhicule avaient plus de 7 ans et présentaient des limites d’usure atteintes ou dépassées.

Avec 12 personnes à son bord, le fourgon était en surcharge. Après l’accident, la masse du fourgon a été évaluée à environ 3 800/3 900 kg. Soit bien au-dessus du poids total autorisé en charge (PTAC) de 3.500 kg. Même constat pour la remorque : elle transportait deux fois la charge maximale autorisée.

A ce dramatique accident, seul le conducteur du fourgon a survécu. Il est parvenu à s’extraire seul du véhicule et a appelé son oncle avec son téléphone portable pour le prévenir. Les secours ont été prévenus.

Environ 60 sapeurs-pompiers du SDIS de l'Allier ont participé aux opérations de secours. Ils ont été rejoints par le SAMU, le SMUR, la Gendarmerie nationale, la police nationale, la direction interdépartementale des routes Centre-Est (DIR-CE) et les services de la mairie de Montbeugny. Les opérations de secours se sont terminées vers 7 heures le vendredi 25 mars 2016.

Le conducteur et son oncle, propriétaire du fourgon, seront jugés, le 13 juin prochain, devant le TGI de Moulins pour homicides involontaires.


Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus