Allier : le ministre de l’agriculture au secours des agriculteurs après la grêle

Publié le
Écrit par Richard Beaune

En visite dans l’Alllier ce mercredi 3 août, Marc Fesneau, le ministre de l’agriculture et de la Souveraineté alimentaire est venu mettre en œuvre une série de mesures pour accompagner les agriculteurs touchés par les orages de grêle en juin dernier.

Ce mercredi soir, dans la ferme de Régine et Régis Valot à Monétay-sur-Loire, tout le village s’est donné rendez-vous pour venir voir le ministre de l’agriculture, Marc Fesneau. Il est 21h, il a déjà une demi-heure de retard. Il est venu voir de ses propres yeux l’étendue de la catastrophe. En attendant son arrivée, Régine raconte : « C’était la fin de l’après-midi ce 21 juin. Un orage énorme s’est abattu sur nous. Le bruit était monstrueux, j’ai cru que c’était la fin du monde. »  Régis, son époux, poursuit « Nous avons évalué les dégâts à 600 000 euros environ. Toute l’exploitation a été détruite. » Après quinze minutes de vacarme le 21 juin, la famille Valot est sortie pour constater : tuiles tombées de leur habitation, des toits de granges et de hangars complètement détruits…  Heureusement, pas une de leur cent vaches charolaises n’a été tuée ou blessée. Leur fille qui s’occupe d’un poulailler de 400 mètres carré sur l’exploitation a eu moins de chance. Deux cents poulets sont morts ce soir-là.

Quand le ministre arrive, il a déjà donné les grandes lignes du dispositif qu’il met en œuvre pour accompagner les agriculteurs touchés par la grêle à la veille de l’été. Entre mai et juin, 123 communes ont été frappées par des orages destructeurs et 280 exploitations ont subi des dégâts importants.

Compte tenu de l’ampleur du phénomène, le ministre a lancé le 22 juin une mission « flash » afin d’évaluer les dégâts et de répondre au cas par cas aux agriculteurs touchés. Une trentaine d’exploitations touchées ont été visitées et plus de 300 acteurs ont été interrogés dans 14 départements particulièrement affectés.

Sept recommandations mises en œuvre

Suite à cette mission, sept recommandations ont vu le jour et leur mise en œuvre a commencé : des cellules départementales d’urgence sont activées pour consolider le bilan des dégâts et apporter un soutien psychologique, les services de l’Etat sont mobilisés pour accélérer les démarches, l’activation des modalités prévues en cas de reconnaissance de force majeure ou de circonstances exceptionnelles, le fonds d’urgence mis en œuvre lors du Gel 2022 élargi et abondé de 40 millions d’euros, mobilisation de la filière BTP pour la reconstruction rapide des bâtiments, valoriser les dispositifs de protection contre la grêle et une formation continue sera développée auprès des agriculteurs pour développer la gestion du risque en agriculture.

« Ces sept recommandations, issues d’une analyse de terrain, apportent des réponses immédiates et concrètes à la fois pour soutenir les agriculteurs touchés par les épisodes de grêle du printemps mais également pour améliorer la résilience de notre agriculture » a déclaré Marc Fesneau.

A l'issue de la visite, le ministre est impressionné par l'ampleur des dégâts sur l'exploitation de la famille Valot : " un mois et demi après, on imagine bien les conséquences que ça implique pour la suite de l'activité. Ce sont des bâtiments qui sont aujourd'hui inutilisables. Il faut que tout le monde joue le jeu pour que la reconstruction soit la plus rapide possible et c'est ce que nous mettons en œuvre." a-t-il assuré.