• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Ardèche : la CNR propose aux habitants d'une commune-hôte de co-financer un projet éolien

© France 3 Rhône-Alpes
© France 3 Rhône-Alpes

Le producteur d'électricité CNR propose aux habitants d'une petite commune de l'Ardèche, Saint-Georges-les-Bains, de participer au financièrement à un parc éolien qui doit être érigé sur leur sol. C'est la première fois que la Compagnie Nationale du Rhône se lance dans le financement participatif.

Par S.M. avecAFP

Selon un communiqué publié ce mardi, la CNR "veut associer citoyens et collectivités à ses projets" dans le domaine des énergies renouvelables "et "redistribuer la valeur créée (...) aux riverains", a expliqué le groupe, qui exploite plusieurs grandes centrales hydroélectriques dans la vallée du Rhône.

C'est la première campagne de financement participatif lancée par la CNR, qui s'est associée pour l'occasion avec la plateforme spécialisée Enerfip. Mais ce mécanisme a vocation à être répliqué pour "d'autres projets de production d'énergie verte".

Face à la montée des oppositions locales aux projets de construction de parcs éoliens, ce mécanisme doit permettre de "favoriser l'acceptation et l'intégration locale des projets", a relevé Julien Hostache, directeur général d'Enerfip, cité dans le texte.

200 000 euros à réunir

CNR ambitionne de lever ainsi 200.000 euros. Cet argent servira à l'érection de cinq éoliennes d'une capacité totale de 11,5 mégawatts, soit la consommation électrique
moyenne de 8.500 personnes.

La levée de fonds durera du 1er mars au 31 mai. Le premier mois de collecte sera réservé aux riverains du projet. Une deuxième phase permettra de l'étendre aux salariés de CNR. Enfin, dans un dernier temps, elle sera ouverte au grand public.

Se présentant comme le premier producteur français d'électricité à 100% renouvelables (eau, vent, soleil) avec une capacité installée de 3.553 Mw, CNR a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 1,05 milliard d'euros. La société a comme actionnaire de référence le groupe coté Engie, qui possède 49,97% du capital, mais la majorité des parts est détenue par la Caisse des dépôts (33,2%) et des collectivités locales (16,83%), explique le groupe sur son site internet.

Sur le même sujet

Dimanche en Politique - La table de Vailhac

Les + Lus