Ardèche : incendies et nuit de violences urbaines à Aubenas, les habitants sont choqués

Publié le Mis à jour le
Écrit par Dolores Mazzola (avec Vanessa Fize)
© V.Fize

La nuit a été agitée dans le quartier des Oliviers, à Aubenas. 15 à 20 jeunes ont déclenché des feux de poubelles, voitures et mobilier urbain. Pompiers et policiers ont été caillassés. Deux bâtiments publics ont été endommagés. Ce mercredi matin, 21 avril 2021, les habitants sont sous le choc.

Des carcasses de voitures calcinées, des véhicules vandalisés, des détritus incendiés encore fumants, deux bâtiments publics victimes des flammes et noircis par les fumées. Ce mercredi matin, le quartier des Oliviers offrait un triste spectacles à ses habitants. La population de ce quartier est sous le choc après les violences qui ont émaillé "Les Oliviers" la nuit dernière. Des violences inédites et incompréhensibles dans ce quartier plutôt tranquille. Le maire d'Aubenas, Jean-Yves Meyer, qui s'est rendu sur place, n'a pas souhaité s'exprimer. Laurent Ughetto, président du Département de l'Ardèche était également présent ce matin. 

Le département, c'est le premier accompagnant du social et on sent monter la pression, nos agents nous le disent

Laurent Ughetto, Président du Département de l'Ardèche
 

Flambée inédite de violences

Dans la nuit de mardi à mercredi, vers 23h30, des violences urbaines ont éclaté dans à Aubenas. Les pompiers de l'Ardèche ont constaté de "multiples" incendies dans le quartier des Oliviers. De nombreux feux de poubelles et des incendies de voitures ont été déclenchés tout au long de la nuit. Le mobilier urbain a également été pris pour cible. Des points de feux ont été constatés à toutes les entrées du quartier, qui s'est retrouvé "en état de siège". 

Durant la nuit, plusieurs secteurs du quartier des Oliviers n'étaient donc pas accessibles en raison de la présence de divers barrages composés notamment de poubelles et détritus incendiés. Des individus cagoulés n'ont pas hésité à menacer les pompiers. On parle de 20 jeunes qui seraient à l'origine de ces faits de violence gratuite. Une trentaine de pompiers ont été mobilisés. Ils ont dû faire appel à des renforts de police pour pouvoir intervenir et éteindre les flammes. Policiers et pompiers ont également été pris à partie et caillassés par ces individus.  

Ce mercredi matin, le calme n'était toujours pas revenu dans le quartier des Oliviers, ont précisé les pompiers à 7h. Ils ont finalement pu entrer dans le quartier au lever du jour. La veille des incidents avaient également éclaté dans ce même quartier. On ignore pour l'heure ce qui a déclenché cette flambée inédite de violences la nuit dernière, à Aubenas, commune de 12.000 habitants. Le quartier a la réputation d'être calme. 

Deux bâtiments publics de proximité dégradés : "le choc"

Deux bâtiments publics ont également été pris pour cible. Les dégâts sont importants. Ainsi, le centre médico-social a été endommagé par des fumées. Toute une partie de la façade a été noircie. En cause : une voiture incendiée contre le garage du bâtiment. Par ailleurs, trois des cinq véhicules du CMS qui ont été incendiés. Les deux autres ont été sérieusement détériorés.

Le CMS est une structure départementale qui fait travailler 60 personnes. Après ces événements, le Conseil Départemental de l'Ardèche a annoncé la fermeture du centre médico-social pour la journée de mercredi. L'heure est à présent aux travaux de décontamination. Pour les salariés qui ne se trouvent pas en télétravail, une solution d'accueil est à l'étude.

Le Département espère cependant une réouverture pour la fin de la semaine du centre médico-social. Pour Ginette Gourdon, la directrice en poste depuis 17 ans à Aubenas, c'est une situation "jamais vue". Avec les salariés, elle a découvert les dégradations ce matin. Tous étaient "très choqués", à l'instar des habitants du quartier.  "J'étais en colère et émue. Je trouve déplorable qu'on s'attaque au service public", a-t-elle déclaré. 

Le Pôle des Services, structure municipale qui accueille une agence postale, a également été la cible des incendiaires. Sa façade a été sérieusement endommagées. 

"Ce qui est bouleversant, c'est que ce sont des services sociaux d'accompagnement des familles et des habitants de tout le quartier. Le Pôle est justement positionné dans le quartier pour rendre des services (...) Mais le Département ne lâchera rien, on restera là et on continuera; parce qu'il faut assurer le service. Dans la société aujourd'hui, il faut vraiment qu'on soit présent, " a déclaré Laurent Ughetto, président du département qui s'est rendu sur place ce matin. Il "condamne avec la plus grande fermeté" les violences qui ont eu lieu cette nuit.  

La préfecture entend faire preuve de fermeté

À ce bilan des dégradations, la préfecture de l'Ardèche a ajouté la dégradation de deux véhicules du SDIS et d’un véhicule de police, endommagés par les jets de projectiles. Mais les incidents n'ont fait aucune victime, a indiqué la préfecture dans un communiqué publié à la mi-journée : "Malgré la violence de ces comportements, aucun blessé n’est à déplorer dans les rangs des policiers et des sapeurs-pompiers, ni parmi les habitants de ce quartier".


Le préfet "condamne fermement ces comportements inadmissibles". Les autorités entendent faire preuve de fermeté et annoncent sans plus de précisions que "tous les moyens seront mis en oeuvre afin de prévenir la réitération de tels faits et y réagir si nécessaire de façon adaptée".

Une enquête est ouverte.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.