Ardèche : l'usine Tesca annonce sa fermeture, la vallée du Cheylard connaît un nouveau plan social de l'emploi

Les salariés Tesca en débrayage ce lundi 07 septembre / © Marie-Lou Robert/France 3 Rhône-Alpes
Les salariés Tesca en débrayage ce lundi 07 septembre / © Marie-Lou Robert/France 3 Rhône-Alpes

Les 50 salariés de l'entreprise Tesca ont reçu l'annonce de la fermeture de leur usine le 25 septembre 2019. Les salariés sont sous le choc de l'annonce.

Par Nicolas Ferro

Les 50 salariés de l'entreprise Tesca en Ardèche sontsous le choc. Ils ont appris le 25 septembre la fermeture de l'usine.

L'usine qui fabrique des textiles automobiles appartenait à Chomarat. Elle a été rachetée en 2016 par l'entreprise Tesca. La direction avait alors promis aux salariés de ne pas licencier pendant 30 mois. Le délai est désormais passé et l'annonce d'une fermeture du site a été prononcée le 25 septembre 2019. Les 50 salariés vont perdre leur emploi d'ici la fin de l'année.

Les employés s'estiment trompés. Ils ont organisé un premier débrayage sur le site le mercredi 02 octobre. 
Yvan Reynaud, délégué syndical CGT : "On le prend comme une trahison, on nous a dit que c'était un bon projet et qu'il fallait continuer à faire des efforts puis finalement on ne nous garde pas, c'est un échec, les salariés sont en colère ".


Un nouveau coup dur pour la vallée du Cheylard

 
Le bassin de vie du Cheylard / © Google earth
Le bassin de vie du Cheylard / © Google earth


Au début des années 2010, la vallée du Cheylard, second bassin industriel de l'Ardèche connaît de nombreux plans sociaux. Deux entreprises majeures du bassin sont en difficulté. L'entreprise Chomarat et GL-Altesse (ex Bijoux-GL) ont dû supprimé de nombreux postes pour se réorganiser. Avec Tesca, c'est un nouveau coup dur qui frappe les habitants de la vallée.
 
 


Tesca annonce une délocalisation de son activité 


Deux ans après le rachat de l'entreprise, en 2018, l'entreprise Tesca annonce aux salariés qu'il délocalise l'activité à l'étranger. En contre-partie, Tesca implante un site de recherche et développement sur le site du Cheylard. Puis, finalement ne va pas jusqu'au bout du projet.

Yvan Reynaud : "on nous a dit que cette activité ne portait pas ses fruits alors même que les formations ne sont pas encore finies"

Les salariés aimeraient réintégrer leur ancienne usine de Chomarat. Le sentiment d'appartenance à celle-ci est toujours fort car les locaux et les machines se situent aux abords de l'usine Chomarat.

Ce vendredi 04 octobre 2019, une première réunion se tient entre syndicats et direction. Elle a pour but de présenter le projet de plan social de l'emploi. Les négociations vont durer deux mois.


Une visite attendue 

 
Le député Hervé Saulignac avec les salariés de Tesca / © France 3 Rhône-Alpes
Le député Hervé Saulignac avec les salariés de Tesca / © France 3 Rhône-Alpes


Ce lundi 07 octobre, le député de la circonscription Hervé Saulignac a rendu visite aux salariés de Tesca. Il s'est entretenu pendant 2h avec les syndicats et les ouvriers pour leur apporter son soutien. Il souhaite faire l'intermédiaire entre les ouvriers et la direction de Tesca y compris celle de Chomarat qui porte selon les ouvriers une part de responsabilité dans cette faillite industrielle.

Hervé Saulignac, député : " Je pense que la responsabilité des élus c'est de dire aux salariés qu'ils ne sont pas tous seuls, qu'on ne les oublie pas, qu'on ne se désinterresse pas de leur situation et lorsqu'en Ardèche il y a un drame inbdustriel, j'y suis extrêmement sensible et je vais voir comment au mieux les accompagner dans cette épreuve".

Le plan de sauvegarde de l'emploi commence tout juste pour les salariés. Les négociations porteront sur les formations et reclassements auxquels les 50 salariés ont droit.












 

Sur le même sujet

Les + Lus