Aurillac : série de cambriolages ciblés, la gendarmerie invite à la prudence

Sur le bassin d’Aurillac, une série de cambriolages a lieu depuis le 8 juillet. Ces vols visent les domiciles de commerçants. Les gendarmes d’Aurillac, confirmant une information d’Actu.fr, alertent sur ces faits et invitent les commerçants à la prudence.
Dans le bassin d'Aurillac, les gendarmes alertent sur une série de cambriolages commis au domicile de commerçants.
Dans le bassin d'Aurillac, les gendarmes alertent sur une série de cambriolages commis au domicile de commerçants. © V.Riffard / FTV
Depuis le 8 juillet, sur le bassin d’Aurillac, une douzaine de cambriolages visant le domicile de commerçants ont eu lieu, selon les gendarmes aurillacois, confirmant une information d’Actu.fr. « Les commerçants ont tendance à amener les recettes de la journée à leur domicile, on suppose que c’est ce butin qui est visé par le ou les cambrioleurs. Le préjudice n’est pas énorme, mais il faut malgré tout être prudent », explique la gendarmerie. Au total, plusieurs milliers d’euros auraient été dérobés. Les tranches horaires de ces cambriolages sont variables, mais les vols ont principalement lieu la journée, lorsque les commerçants sont dans leurs boutiques.

Ne pas conserver de sommes importantes d'argent liquide 

Tout le bassin aurillacois et l’est du Cantal sont concernés par ces faits. Au vu du profil spécifique et similaire des personnes cambriolées, il est possible que ces vols aient été commis par une seule personne ou un même groupe de personnes. « Ils recherchent de l’argent liquide, qui est facile à écouler, on pense que c’est pour cela qu’ils s’en prennent aux commerçants. Nous incitons les commerçants à déposer leur recette à la banque le plus tôt possible, et à ne pas conserver des sommes importantes à leur domicile », affirment les gendarmes.

Signaler les faits suspects à la gendarmerie

La brigade de recherche d’Aurillac, chargée de l’enquête, envisage également la possibilité qu’un repérage ait été effectué en amont, soit de manière physique, soit sur internet. « Il faut également penser à bien fermer sa maison à clef, et à signaler à la gendarmerie les clients qui paraîtraient suspects. Si jamais on se sent épié ou suivi, il faut le signaler également », précisent les gendarmes. Les investigations se poursuivent pour découvrir l’identité du ou des auteurs de ces faits.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers