• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Cantal : la pêche en ville fait de nouveaux adeptes

Le street-fishing est un style de pêche qui se pratique en milieu urbain et qui compte des adeptes de plus en plus nombreux. Ici, c'est au coeur d'Aurillac que l'on pêche sur un parcours no-kill. / © Laetitia Théodore
Le street-fishing est un style de pêche qui se pratique en milieu urbain et qui compte des adeptes de plus en plus nombreux. Ici, c'est au coeur d'Aurillac que l'on pêche sur un parcours no-kill. / © Laetitia Théodore

Dans le Cantal, depuis 2 ans, la fédération de pêche et les associations de protections du milieu aquatiques ont mis en place 7 parcours de pêche No Kill, où les poissons doivent être relâchés. Certains, en plein coeur de ville, comme à Aurillac.

Par C.F. avec L.T.


C'est sur un parking, à quelques mètres des boulevards d'Aurillac que nous rencontrons Thomas Del. C'est ici qu'il prépare son matériel pour une partie de pêche urbaine. Une pratique qui fait de plus en plus d'adeptes. 

Pour lui, "le cadre est hyper agréable : à moitié en milieu urbain, et à moitié à la campagne. Les poissons ici sont habitués aux vibrations. Ils sont plus méfiants, et le parcours est donc très intéressant." Sur cette partie de la rivière Jordanne, le parcours de pêche est dit "No Kill" : tous les poissons pêchés doivent être relâchés.
 
Un parcours de pêche no kill en plein coeur d'Aurillac.
Dans le Cantal, depuis 2 ans, la fédération de pêche et les associations de protections du milieu aquatiques ont mis en place 7 parcours de pêche No Kill, où les poissons doivent être relâchés. Certains, en plein coeur de ville. Intervenant : Thomas Delamaide (Pêcheur - Guide de pêche). - Equipe : Laetitia Théodore, Lydie Ribes, Didier Robert

Avec la fonte des neiges, l'eau de la Jordanne n'est qu'à 8 degrés. Et le poisson plutôt discret... Alors pour ne pas rentrer bredouille, Thomas décide d'aller tenter sa chance un peu plus haut sur le parcours. Dans ces eaux, des truites, des ombres ou des chevesnes. Peut être un peu plus coriaces qu'ailleurs à attraper...

C'est une rivière où il n'y a pas de déversement de poissons. On laisse la nature faire. Tous les poissons que vous attraperez sur cette rivière sont donc des poissons issus de souches autochtones sauvages.


Ici, Thomas a déjà fait de belles prises. Seuls souvenirs, des photos et des vidéos au moment de les relâcher. Du plaisir à l'état pur pour notre pêcheur.






 

Sur le même sujet

Profession sellier-arnacheur à Saint-Etienne : Jeanne réalise du matériel équestre sur-mesure

Les + Lus