Coronavirus COVID 19 : non, il n'y pas pas eu de décès dans le Cantal, l'ARS reconnaît “une erreur de remplissage”

Mardi 21 avril, aucun décès à l'hôpital dû au coronavirus COVID 19 n'a été recensé dans le Cantal. / © PATRICK HERTZOG / AFP
Mardi 21 avril, aucun décès à l'hôpital dû au coronavirus COVID 19 n'a été recensé dans le Cantal. / © PATRICK HERTZOG / AFP

Mardi 21 avril, contrairement à ce qu'avait indiqué l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes dans son bilan quotidien, aucun décès n'est survenu dans le Cantal, à l’hôpital, dû au coronavirus COVID 19. L'ARS reconnaît "une erreur de remplissage". Le département reste toujours relativement épargné.
 

Par Catherine Lopes

Mardi 21 avril, l’Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé par erreur le décès d'un patient hospitalisé dans le Cantal. Il s'agit d' "une erreur de remplissage par un établissement". Il n'y a pas eu de décès dû au coronavirus dans le département en hôpital. Chaque jour, l'ARS communique à l'ensemble des médias et publie sur son site Internet les chiffres officiels des patients atteints de coronavirus et le nombre de décès enregistrés dans les hôpitaux depuis le début de l'épidémie.

Une explication simple

Mathieu Kuentz, biologiste et président de la Commission médicale du centre hospitalier d'Aurillac, explique comment l’erreur a pu survenir : « C’est simple. Une personne est entrée début avril aux urgences pour un syndrome fébrile très important vers 1h du matin. Elle a été placée en unité pré-COVID 19. Elle a passé différents examens, dont un scanner et un teste PCR qui se sont avérés négatifs. L’hémoculture a révélé la présence d’une infection bactérienne. Le COVID 19 n’a pas été retenu et elle a été transférée dans un autre service. Agée de 78 ans, elle est décédée. Il faut savoir que quand les statistiques remontent au ministère de la Santé, ils prennent en compte les cas suspects. Mais cette patiente n’a pas été décochée dans le système informatique. Elle n’est pas décédée du COVID 19. Il s’agit d’une erreur administrative de non décochage ».
Le biologiste précise : « Mardi 21 avril à 12 heures, on comptait 7 patients en réanimation et 17 cas COVID 19 avérés ou suspects. Sept autres patients sont en réadaptation ». Aucun décès en milieu hospitalier ou en EHPAD n'a été enregistré depuis le début de l'épidémie.

A ce jour, aucun décès en hôpital lié au coronavirus n'a donc été enregistré dans le département. Le coronavirus a assez peu touché la population autochtone du Cantal. Pourtant, l'arrivée d'un virus s'en prenant plus particulièrement aux personnes âgées laissait présager le pire dans ce département où la part des seniors est l'une des plus élevées en France. Les plus de 60 ans y représentent 35% de la population.
 

Une densité de population faible

« Proportionnellement à la densité de population, nous ne sommes pas si différents de nos voisins en termes de cas. Nous avons bénéficié des mesures de confinement car son début a coïncidé avec les premiers cas dans le Cantal, ce qui a stoppé net la première vague. De plus, la plupart des personnes âgées vivent dans des maisons individuelles et ne sont pas dans des grandes agglomérations, ce qui limite leurs contacts et donc la contamination. On est face à un virus qui se transmet par projection, ou par le contact avec des surfaces, alors elles ne peuvent pas être contaminées par le bouton de l’ascenseur par exemple », expliquait il y a quelques jours, Mathieu Kuentz, biologiste et président de la Commission médicale du centre hospitalier d'Aurillac.

Mardi 21 avril, l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes recensait 30 patients positifs au coronavirus pris en charge à l’hôpital dans le Cantal. Enfin, 20 patients ont pu regagner leur domicile depuis le début de l’épidémie. En EHPAD non plus, aucun décès n'a été recensé dans le département à ce jour.

 

Sur le même sujet

Les + Lus