Finale de rugby Espoirs: après la polémique, Aurillac jouera à Clermont-Ferrand contre Toulouse

La finale de Rugby Espoirs se déroulera à Clermont-Ferrand dimanche 12 juin 2022 après d'intenses polémiques à Aurillac qui s'estimait lésé face à Toulouse, son adversaire.

C’est une conférence de presse comme un mea culpa. Christian Millette, président du Stade aurillacois, a réuni les journalistes mercredi 8 juin 2022 pour mettre fin à une polémique. Celle du lieu où se tiendra la finale de Rugby Espoirs entre le club du Cantal et le stade toulousain dimanche 12 juin. Elle aura lieu au stade Marcel Michelin à Clermont-Ferrand, et non plus à Nîmes comme prévu. « Je regrette les propos qui ont été tenus au niveau du club », s’excuse Christian Millette. « A un moment donné, il faut essayer de respecter tout le monde, les hommes et les femmes qui prennent des décisions et c’est par le dialogue qu’on arrive à trouver des solutions. »  

Le choix de la Fédération française de rugby de programmer le match à Nîmes obligeant les Cantaliens à faire plus de quatre heures de route contre trois pour les Toulousains avait enflammé Aurillac au point que même les politiques sont montés au créneau. « Lorsque nous avons appris que notre finale se déroulerait à Nîmes, nous avons été un peu contrariés », reconnaît Christian Millette. « Mais il n’y a pas de polémique à avoir. Les décisions qui ont été prises ne l’ont pas été n’importe comment. Elles avaient du sens », continue-t-il. «  Nous avions notre vision qui se comprend. Mais il y avait aussi la vision des trois clubs à entendre [ Lyon et Toulouse, impliqués dans ces finales NDLR ]. Et il y avait surtout le fait que le club phare du rugby français a trois de ses équipes jeunes qui sont finalistes. On ne peut pas leur en vouloir qu’ils aient de bons résultats et qu’ils aient souhaité que deux de ces rencontres soient sur le même site. »  

Petit club respecté

Car avant même que Toulouse n'affronte Aurillac, Toulouse jouera contre Lyon mais avec son équipe des Crabos. La ville de Nîmes semblait un juste milieu pour satisfaire les trois clubs. Sous la pression d’Aurillac, la Fédération française de rugby a donc déplacé les finales Espoirs et Crabos à Clermont-Ferrand. « Au final, c’est une satisfaction pour nous car les choses se finissent bien. Merci à tous les gens qui ont participé à ce que cet imbroglio se règle », reprend Christian Millette. «  Mon souhait, c’était surtout d’arrêter cette polémique qui m’exaspère ! Aurillac est un petit club mais un grand club respecté au niveau des instances nationales et en plus nous sommes en finale ! »

Le président demande donc aux supporters du club de «  se concentrer sur le match, de cesser les polémiques. Nous avons d’excellentes relations avec la Fédération française de rugby. C’est notre institution, nous la respectons. Nous ne sommes pas les mal-aimés. Dire que nous sommes pris pour des bouseux, non ! »  

Sortie de crise

Selon Christian Millette, la sortie de crise s’est obtenue notamment grâce à la direction de Toulouse qui a accepté de faire la route jusqu’à Clermont-Ferrand. « Sur l’aspect éloignement, le plus lésé, c’est Toulouse », admet le dirigeant cantalien.  

Maintenant que les Aurillacois jouent presque « à la maison », à eux d’assurer sur le terrain. Rendez-vous dimanche au stade Marcel Michelin à 16h15.

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité