Rugby : Aurillac s’offre une victoire laborieuse face à Vannes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Taubert .
durée de la vidéo: 01 min 51
24 à 22, c’est le score finale de cette rencontre entre Aurillac et Vannes, vendredi 9 décembre 2016. Interviews : Antoine Renaud, Arrière du Stade Aurillacois / Maxime Petitjean, Capitaine du Stade Aurillacois. ©France 3 Auvergne

24 à 22, c’est le score finale de cette rencontre entre Aurillac et Vannes, vendredi 9 décembre 2016.

C’est une victoire laborieuse mais qui confirme l’invincibilité des Aurillacois à domicile depuis … 2 ans !



Hier soir, au Stade Jean-Alric, le Aurillacois a battu Vannes.



La sirène vient de retentir, et enfin, on assiste à une vraie action. Cette dernière pénalité, vite jouée par les Vannetais, permet aux Bretons de décrocher un bonus défensif largement mérité.



Une équipe de Vannes qui va réussir à faire déjouer les Aurillacois dès le coup d'envoi. La première pénalité intervient après seulement 16 secondes de jeu.



Commence alors un festival de buteurs avec à la baguette pour Aurillac, l'arrière Antoine Renaud.



La tension est palpable et les deux équipes vont se réchauffer avec une distribution de marrons et donc, de cartons jaunes.



Le scénario ne change pas, Vannes joue plus et Ashley Moeke répond à Antoine Renaud : 15-12 à la mi-temps, ce n’est pas brillant.



Au retour des vestiaires, Même topo. Mais Aurillac ne parvient pas à prendre plus de 6 point à son adversaire. La catastrophe n'est pas loin.



C'est finalement Maxime Petitjean qui évite le naufrage. 3 petits points qui permettront de sauver la victoire, malgré l'essai de la dernière minute.



La semaine prochaine, Aurillac se déplace à Bourgoin, le dernier du championnat. Mais avec une infirmerie toujours pleine à craquer, la rechute est à craindre.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité