Dans le Cantal, le long combat d'un petit village pour retrouver un accès au téléphone

Quelques habitants de la commune de Saint-Saury n'ont plus d'accès au téléphone depuis près d'un mois. / © Laetitia Théodore / France 3 Auvergne
Quelques habitants de la commune de Saint-Saury n'ont plus d'accès au téléphone depuis près d'un mois. / © Laetitia Théodore / France 3 Auvergne

Depuis la chute de poteaux électriques, une dizaine de foyers de la commune de Saint-Saury, dans le Cantal, n'auraient plus accès au téléphone et à Internet depuis près d'un mois. Les habitants craignent un long chemin de croix pour retrouver un accès.

Par Antoine Belhassen

Des habitants de la petite commune de Saint-Saury, dans le Cantal, se sentent délaissés, depuis plus d'un mois. Pour cause : ils n'ont plus accès ni au téléphone, ni à Internet.

Plusieurs foyers de la commune ne sont plus rattachés aux lignes téléphoniques depuis la chute de poteaux électriques. Les câbles se sont retrouvés sur le passage d'une route fréquentée par des tracteurs. "Cela fait plus d'un mois que je n'ai plus de téléphone, plus d'Internet. C'est comme si j'étais coupé du monde", explique un habitant, Michel Maciazek.

Un lien parfois indispensable


Malgré les relances auprès d'Orange, son opérateur, aucune démarche ne semble aboutir pour le moment. "Nous sommes des oubliés. L'année dernière, sur deux autres villages de la commune, nous sommes restés plus de six mois avec les câbles par terre", se souvient Roger Condamine, maire de Saint-Saury.

Après six mois de difficultés, le petit village de Fargues, dans le Cantal, avait alors été raccordé au réseau. Dans ces zones rurales, l'accès à Internet et au téléphone se révèle être un lien indispensable vers l'extérieur.

Le Cantal fait face à des coupures de téléphone intempestives et à un réseau vieillissant. En septembre 2018, le député du Cantal Vincent Descoeur avait interpellé le PDG d’Orange sur la fragilité du réseau et sur les délais anormalement longs de remise en service en cas de panne. « Nous prenons cela très au sérieux et multiplions les programmes pour pouvoir intervenir plus vite, mieux répondre aux dérangements collectifs et éviter absolument les coupures longues », avait-t-il répondu.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus