Cet article date de plus de 3 ans

Disparition inquiétante dans la Cantal : le village du Falgoux se mobilise

Partie se promener mardi après-midi une habitante du petit village du Falgoux dans le Cantal est depuis portée disparue. Dès mardi soir les gendarmes du Cantal, aidés de chiens et d’un hélicoptère mais aussi d’une trentaine de villageois ont entrepris des recherches. Sans succès.

Image d'illustration
Image d'illustration © Valery HACHE / AFP
Jeanne-Marie Roussingue, l’ancienne patronne du restaurant du Falgoux que tout le monde dans ce village du Cantal appelle « Mimi » a disparue mardi en fin d’après-midi. Partie se promener vers 16h15 au col de la Lucharde, à 1400 m d’altitude, la septuagénaire a laissé ses trois amis se rendre sans elle à un buron situé pas très loin de là. A leur retour à leur véhicule, quarante minutes plus tard, Jeanne-Marie avait disparu. Ses compagnons de marche l’ont cherchée mais ils ne sont pas parvenus à la retrouver. Un peu avant 20h30  ils ont signalés sa disparition à la gendarmerie.

Equipes cynophiles et appui aérien de l'hélicoptère de la gendarmerie d'Egletons

Un dispositif a alors été déployé par la compagnie de Mauriac et le PGM, le peloton de gendarmerie de montagne de Murat et son équipe cynophile. Les recherches qui sont poursuivies jusqu'à 2h du matin sont restées vaines.
© France 3 Auvergne
Mercredi  au lever du jour, les recherches ont repris avec l'équipe cynophile de Saint-Flour et l'appui aérien de l'hélicoptère de la gendarmerie d'Égletons. Malgré ces effectifs importants et la participation d’une trentaine de villageois, « Mimi » n'a pas été retrouvée. La neige tombée mardi soir a sans doute compliqué les recherches et notamment le travail des chiens. Face à cette disparition inquiétante la gendarmerie n’a voulu négliger aucune piste, une perquisition au domicile de Jeanne-Marie Roussingue eu lieu mercredi soir. Les habitants du Falgoux ont été entendus.

Un étang sondé

Jeudi les recherches se sont poursuivies, toujours avec l’aide des villageois du Falgoux. Un étang privé situé au Menial a été sondé par trois plongeurs de la gendarmerie. Vers 18h30 toute la zone avait été ratissée par la gendarmerie. Sans succés.

Ce vendredi matin ils sont encore une quinzaine d’habitants mobilisés et encadrés par des gendarmes de la compagnie de Mauriac. Un élan de la population qui ne se tarit pas, un appel à un rassemblement samedi à 8 heures au foyer rural a été lancé pour de nouvelles recherches. 
La gendarmerie poursuivra également ses recherches demain samedi à l'aide d'un chien de Saint-Hubert venu de Lyon. Les chiens de Saint-Hubert sont en effet réputés pour leur capacité à distinguer des odeurs vieilles de plusieurs jours.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition faits divers