Cet article date de plus de 4 ans

Joursac (15) : des agriculteurs excédés par les rats taupiers

Depuis plusieurs mois déjà, la colère gronde face à l'invasion des rats taupiers. Dans le Cantal, des agriculteurs dénoncent l'inertie des pouvoirs publics. 

Le rat taupier ou campagnol terrestre est la bête noire des agriculteurs. Dans le Cantal, des champs sont infestés par le rongeur qui ruine les récoltes de fourrage. Il y a "urgence" pour la profession qui interpelle à nouveau l'Etat.
Le rat taupier ou campagnol terrestre est la bête noire des agriculteurs. Dans le Cantal, des champs sont infestés par le rongeur qui ruine les récoltes de fourrage. Il y a "urgence" pour la profession qui interpelle à nouveau l'Etat. © France 3 Auvergne
"Regardez, on rentre les mains dans les galeries ! C'est infesté, il n'y a plus rien, plus rien", martèle Sylvie Bonnet, agricultrice à Joursac, dans le Cantal. Ici, dans ce champ, on recense près de 1500 rats taupiers par hectare. Il y a quelques mois, du fourrage était en train de pousser, mais les rongeurs ont tout dévasté.

"Personne ne nous entend"

"Je suis en colère parce qu'on n'est pas écouté. Ca fait des mois qu'on lutte et personne ne nous entend", affirme Jean-François Chavanon, un agriculteur qui a tenu à montrer ses terres situées un peu plus loin. "C'est foutu, si rien n'est fait (...), il n'y aura pas de récolte. Les politiques, je ne sais pas ce qu'ils font. Il faut qu'ils choisissent s'ils veulent des rats taupiers ou des agriculteurs".

Les services de l'état "pleinement mobilisés"

Des projets sont pourtant à l'étude. Fin octobre, dans un communiqué, les services de l'état se disaient "pleinement mobilisés" et citaient plusieurs mesures : arrêté portant obligation de lutte contre le campagnol terrestre, recherche scientifique pour améliorer les moyens existants ou développer de nouvelles techniques, mise en place d'un comité de suivi et d'évaluation... Mais "cette lutte doit s'incrire dans la durée et il n'existe pas à ce jour de solution aux effets immédiats", prenait soin de préciser la préfecture du Cantal. 

"Plus qu'un appel à l'aide"

A Joursac, les agriculteurs estiment qu'aucune solution concrète et efficace ne leur a été proposée. "C'est une urgence vitale pour tout un territoire", rappelle Philippe Rosseel du collectif "contre les rats taupiers" Massif Central. "La pullulation des campagnols terrestres impacte 5 ou 6 départements sur le Massif central, donc là, c'est plus qu'un appel à l'aide".
Les agriculteurs n'ont pas vraiment le choix, face à la destruction des récoltes, ils vont devoir semer une nouvelle fois. Mais c'est un budget supplémentaire pour des exploitations souvent à bout de souffle.

durée de la vidéo: 01 min 38
Le ras-le-bol des agriculteurs cantaliens face aux rats taupiers

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie environnement société