Municipales 2020. A 20 ans, il se présente en candidat libre dans son village du Cantal

A 20 ans seulement, Martin Galvaing, agriculteur, se présente aux élections municipales de Saint-Etienne-de-Chomeil, dans le Cantal. / © DR
A 20 ans seulement, Martin Galvaing, agriculteur, se présente aux élections municipales de Saint-Etienne-de-Chomeil, dans le Cantal. / © DR

Dans son village de Saint-Etienne-de-Chomeil, dans le Cantal, Martin Galvaing, 20 ans, se présente aux élections municipales de sa commune, mais en candidat libre. Une particularité réservée aux villes de moins de 1 000 habitants.
 

Par Catherine Lopes

Qui a dit que la politique n’intéressait pas les jeunes ? Martin Galvaing, 20 ans seulement, prouve le contraire. Il se lance dans la course aux municipales de son village de 257 habitants, Saint-Etienne-de-Chomeil, dans le Cantal. Petite particularité, il se présente en candidat libre, c’est-à-dire sans d’autres noms sur sa liste. Il explique : « On a essayé de constituer une liste, mais on n’a pas trouvé de tête de liste. J’ai choisi de maintenir ma candidature. Je me présente seul, et j’aurai une place au conseil municipal si je suis élu ». Martin a choisi d’intituler sa liste « Union et dynamisme pour une réussite commune ».

Président du comité des fêtes

Il est déjà impliqué dans la vie de sa commune comme sapeur-pompier et comme président du comité des fêtes. S’il est élu, il veut défendre les atouts associatifs de Saint-Etienne-de-Chomeil et aider les commerçants présents sur son territoire. Il explique : « Je voudrais développer l’activité touristique de la commune. De plus, la D3 passe à Neuviale. Ce site très fréquenté a un potentiel qui n’est pas utilisé. On pourrait y créer une zone artisanale. Je voudrais aussi refaire l’accotement et la voirie des Foyers cantaliens, une cité d’une dizaine de maisons ». Cet agriculteur installé en GAEC se veut sans étiquette, même s’il avoue à demi-mot qu’il a plutôt une sensibilité de divers droite. Martin précise : « Je crois en mes chances, sinon je ne me présenterais pas. S’il n’y a qu’une seule liste, les 11 candidats sont élus d’office. Quand il y a plusieurs candidats, un véritable choix démocratique peut se faire ».

Opposé au maire sortant

Le jeune agriculteur trouvera sur son chemin la liste « Bien vivre à Saint-Etienne-de-Chomeil » emmenée par le maire sortant, Gilbert Mommalier, lui aussi sans étiquette. Lui qui a derrière lui 5 mandats à son actif dont 1 en tant que maire, ne voit pas la candidature du jeune homme d’un mauvais œil. Il affirme : « C’est très bien, il est jeune. Il nous avait même demandé à être sur notre liste. Ce qui me surprend, c’est qu’ils devaient être plusieurs sur la liste ». Dans la petite commune cantalienne, la bataille s’annonce rude puisqu’il se murmure qu’une troisième liste pourrait rentrer dans la course.

Une candidature libre réservée aux communes de moins de 1 000 habitants

Si Martin Galvaing peut se présenter sans colistier, c’est parce qu’il s’agit d’une subtilité réservée aux communes de moins de 1 000 habitants. En effet, dans ces communes, indique la préfecture du Cantal, « Il est tout à fait possible de se présenter seul. La démarche est identique à celle d'une candidature groupée. Il peut être élu dans les mêmes conditions qu'un autre candidat d'une candidature groupée, c'est-à-dire qu'il est élu (au premier tour) s'il obtient la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal au quart de celui des électeurs inscrits sur les listes électorales ».

 

Sur le même sujet

Les + Lus