CES Las Vegas 2022 : trente start-up innovantes d’Auvergne Rhône-Alpes partent à la conquête de l’Amérique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Théo Touchais

Du 5 au 7 janvier 2022, une trentaine de start-up de la région Auvergne-Rhône-Alpes part à la conquête de l’Amérique. A Las Vegas, toutes vont exposer leurs innovations au Consumer Electronic Show (CES), le plus gros salon du numérique au monde.

Coup d’envoi du plus gros salon de tech au monde. Après une journée réservée aux médias, la 54e édition du Consumer Electronic Show (CES) ouvre ses portes à Las Vegas (Nevada, États-Unis). Le salon, ouvert du 5 au 7 janvier 2022, est consacré aux technologies de demain.

Plus de 800 start-up du monde entier viennent exposer leurs innovations. Parmi elles, la France occupe une place privilégiée : près de 130 start-up venues de l’Hexagone vont exposer sous la marque French Tech. Chaque région accompagne une délégation d’entreprises et la région Auvergne-Rhône-Alpes n’est pas en reste. A elle seule, elle accompagne une trentaine de start-up.

En période de pandémie, les innovations de santé digitale à l’honneur

Vincent Bouchiat, PDG de la start-up iséroise Grapheal, fait partie de la délégation régionale pour la deuxième fois. Sur place, il va présenter le prototype d’un test Covid numérique basé sur le graphène. “C’est un produit encore en examen clinique, décrit-il. C’est un test antigénique, sous la forme d’une carte de crédit, qui délivre un résultat sécurisé pour protéger les données de santé.”

D’autres start-up de la région exposent des innovations dans le domaine de la santé digitale, à l’image de la start-up lyonnaise Airxôm. Celle-ci présente son prototype de masque, qui protège contre la pollution, les bactéries et les virus, dont le Covid-19. Avec une coque en plastique blanc, qui couvre le nez et la bouche, le masque est connecté à un boîtier à porter autour de la ceinture. Celle-ci contient un filtre "actif" capable de détruire les particules fines et les composés organiques volatils, c'est-à-dire les agents pathogènes ou polluants.

 “C'est un outil fantastique pour lutter contre la crise du Covid, parce qu'avec ce masque, vous n'aurez pas besoin de faire une quatrième vaccination, une cinquième et une sixième, en fonction de tous les variants du virus et de tous les nouveaux virus qui vont arriver dans le futur", promet Franck Glaizal, co-fondateur de Airxôm.

 Gagner en visibilité, tester et trouver des financements

 Au-delà de la santé, de multiples innovations sont présentées dans tous les domaines. Cybersécurité, objets connectés, robotique, énergies… Pour les start-up, c’est l’occasion de recueillir des investissements, et surtout, de bénéficier d’un coup de projecteur.

“C’est un tremplin en termes de notoriété, explique Vincent Bouchiat. C’est aussi un moyen de tester le marché et d’affiner notre offre. On développe un lien avec l’Amérique du Nord et on garde beaucoup de contacts.”

“Le CES de Las Vegas est un événement très important pour les start-up dans le numérique”, confirme Emilie Legoff, présidente de l’association French Tech One Lyon Saint-Etienne. Ce collectif accompagne 1 100 start-up de la Métropole de Lyon et de la Métropole de Saint-Étienne dans leurs créations et leurs développements. “Au-delà de trouver des clients, s’exposer au CES permet de bénéficier d’une visibilité à l’échelle internationale.”

La région Auvergne-Rhône-Alpes largement représentée

Pour Emilie Legoff, c’est indéniable“en Auvergne-Rhône-Alpes, on a une French Tech de fou”. Comprenez par là l’écosystème des start-up. “Je pense qu’on a une plus-value. A Lyon, il y a une très bonne qualité de vie. C’est ce qui permet la création de start-up performantes avec de très bons profils.”

Selon ses chiffres, l'Auvergne Rhône-Alpes compte plus de 4 000 entreprises et près de 70 000 emplois dans le secteur du numérique. Pour Vincent Bouchiat, la région rayonne dans ce secteur car elle est “extrêmement bien positionnée sur les nouvelles technologies. "Si l’on prend l’exemple de Grenoble, la ville a une aura qui dépasse l’échelle nationale. Ceci parce qu’on y trouve beaucoup d’ingénieurs et de chercheurs qui travaillent ensemble.”

Un salon en pleine pandémie

Après l’édition annulée de l’année précédente en raison de la pandémie, le Consumer Electronic Show va enfin retrouver son public. Mais comme de nombreux pays du monde entier, les Etats-Unis enregistrent une recrudescence de l'épidémie de Covid-19.

Pour cette raison, de nombreux grands groupes du numérique ont annulé leurs venues. Google, Amazon, Microsoft… Des annulations qui pourraient profiter aux start-up. “La presse se reporte sur nous, constate Vincent Bouchiat. On va bénéficier d’un effet de loupe.” Une occasion en or pour les start-up de la région de s’affirmer à l'international.