Coronavirus et confinement : -20% de chiffre d'affaires sur les domaines skiables de la Compagnie des Alpes

© Daniel Despin
© Daniel Despin

C'était prévisible et la sentence vient de tomber, la Compagnie des Alpes annonce une baisse de 20% de son chiffre d'affaires. L'exploitant, qui a dû fermer l'ensemble de ses domaines skiables le 14 mars 2020 dernier, a lancé un important plan de réduction de ses coûts. 

Par Daniel Despin

La saison était pourtant bien partie, mais la pandémie de coronavirus a grippé la machine. La compagnie des Alpes a fermé l’ensemble de ses domaines dès le 14 mars dernier alors que la saison aurait dû se terminer, pour les plus tardifs, le 8 mai prochain.

Concernant son secteur Domaines Skiables, les prévisions sont pessimistes. Le groupe, qui compte onze stations de ski, table sur une baisse de chiffre d'affaires de 20 %, soient 85 à 90 millions d'euros de pertes.
 
Pour faire face à la crise, il a engagé un important plan de réduction de ses coûts. Premier poste touché, la masse salariale, diminuée par un dispositif de chômage partiel et de report d'embauches. La Compagnie des Alpes que nous avons contacté assure que "la totalité des personnels saisonniers bénéficie du dispositif exceptionnel d'activité partielle (chômage partiel avec prolongation de contrat pour les saisonniers des Domaines Skiables) ainsi que 80% des permanents du Groupe CDA, ce qui représente environ 4500 personnes. " Ces chiffres comprennent les deux activités du groupe, Domaines skiables et Parcs de loisirs.

 

La compagnie a également fait des économies d'énergie pour endiguer la crise et limiter la casse. Elle estime cependant que la baisse de son chiffre d’affaire pourra être compensée à hauteur d’un peu plus de 40 % pendant les périodes de fermeture par ce plan de réduction des coûts de structure et de fonctionnement, aussi bien pour les Domaines skiables que pour les Parcs de loisirs.

Le Groupe précise que le chiffre d’affaires enregistré entre mi-mars et fin juin en 2018-2019 par les Parcs de loisirs était de 120 M€. Dans ce secteur, la saison ne devrait vraiment débuter que dans les premiers jours d’avril.

Malgré tout, et grâce à ces mesures d’adaptation, le Groupe est confiant dans sa capacité à couvrir ses besoins de liquidités jusqu’à la fin de l’année civile, y compris dans un scénario dégradé.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus