Coronavirus Covid-19 : à Lyon, une société de nettoyage et de restauration s'inquiète pour ses salariés

La société lyonnaise "Restalliance" spécialisée dans la restauration et le nettoyage, dans les EHPAD, les IME et les cliniques, tire la sonnette d'alarme. L'absentéisme est en nette hausse depuis le confinement. Le patron lance un appel à la création d’une réserve hôtelière. 

Les salariés de "Restalliance" font partis des métiers cachés des établissements de santé, comme à l’EHPAD de Saint-Etienne dans la Loire. Ils s'appellent eux-mêmes, "les gens de l'ombre".
Les salariés de "Restalliance" font partis des métiers cachés des établissements de santé, comme à l’EHPAD de Saint-Etienne dans la Loire. Ils s'appellent eux-mêmes, "les gens de l'ombre". © FTV
Les salariés de "Restalliance" font partis des métiers cachés des établissements de santé. Ils s'appellent eux-mêmes, "les gens de l'ombre". En cuisine, ce sont eux qui préparent les repas et qui font le service, le nettoyage.

Depuis le début de la crise sanitaire liée à l'épidémie du coronavirus, l'entreprise et ses salariés ont du réadapter leur manière de travailler.

Aujourd'hui, on passe 3 fois plus de temps à faire le ménage dans les chambres et les parties communes afin de désinfecter l'établissement" - raconte Assia Bengherdi, gouvernante au sein de la  société "Restalliance" dans un EHPAD de Saint-Etienne, dans la Loire.

Dans cet EHPAD, presqu'un tiers des 28 agents chargés du nettoyage et de la restauration sont absents. Personne vulnérable confinée d'office ou problème de garde d'enfants ou encore arrêt maladie, pour l'instant le sous-traitant arrive encore à compenser avec des collègues présents ou encore avec des intérimaires. Mais le risque reste celui de l'absentéisme qui augmente et donc des établissements de santé qui pourraient se retrouver en difficulté.
 
Dans cet EHPAD de saint-Etienne (Loire) , presqu'un tiers des 28 agents chargés du nettoyage et de la restauration sont absents. Le risque reste celui de l'absentéisme qui augmente et donc des établissements de santé qui pourraient se retrouver en difficulté.
Dans cet EHPAD de saint-Etienne (Loire) , presqu'un tiers des 28 agents chargés du nettoyage et de la restauration sont absents. Le risque reste celui de l'absentéisme qui augmente et donc des établissements de santé qui pourraient se retrouver en difficulté. © FTV

"S'il n'y a plus personne qui cuisine et qui sert. Si on n'a pas d'équipe d'entretien" s'inquiète Philippe Lancia, le responsable de "Restalliance" de la Loire, "les soignants ne peuvent tout simplement pas travailler dans de bonnes conditions et ne peuvent pas apporter les bons soins aux résidents."


C'est Christophe Dassonville, le PDG de la  société "Restalliance" installée dans le 7e arrondissement de Lyon qui tire la sonnette d'alarme. C'est une des plus importantes entreprises du genre avec 3200 salariés et 170 000 repas servis chaque jour dans un millier d'établissements en France. Christophe Dassonville propose aujourd'hui l'idée d'une réserve hôtelière.

On a aujourd'hui des milliers de cuisiniers et des milliers d'employés de service qui sont arrêtés par l'effet de la crise sanitaire, mais pour autant qui ont envie de rendre service. Alors, je leur dit pourquoi ne pas venir nous aider et vous rendre utiles.

 
C'est Christophe Dassonville, le PDG de la  société "Restalliance" installée dans le 7ème arrondissement de Lyon qui tire la sonnette d'alarme. Il propose aujourd'hui l'idée d'une réserve hôtelière, et recrute donc en urgence, soit via leur adresse mai, soit via leur page Facebook.
C'est Christophe Dassonville, le PDG de la société "Restalliance" installée dans le 7ème arrondissement de Lyon qui tire la sonnette d'alarme. Il propose aujourd'hui l'idée d'une réserve hôtelière, et recrute donc en urgence, soit via leur adresse mai, soit via leur page Facebook. © FTV

L'entreprise lyonnaise recrute donc en urgence, soit via leur adresse mail - recrutement@restalliance.fr, soit via leur page Facebook.

Quant aux agents de l'EHPAD de Saint-Etienne, ils aimeraient que chaque soir à 20h00, ceux qui applaudissent aient aussi une pensée pour leur travail... de l'ombre.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie