Le Premier ministre Jean Castex lance les travaux de contournement de Livron et Loriol-sur-Drôme

Le chantier était attendu depuis plus de 40 ans dans la Drôme : le contournement de la N7 à Livron et Loriol-sur-Drôme devraient enfin voir le jour. Un nouveau pont sur la Drôme doit être construit. Le Premier ministre s'est engagé à débloquer les fonds qui manquaient.

Le Premier ministre Jean Castex a signé le protocole pour lancer les travaux de déviation de Loriol et Livron-sur-Drôme, samedi 27 mars.
Le Premier ministre Jean Castex a signé le protocole pour lancer les travaux de déviation de Loriol et Livron-sur-Drôme, samedi 27 mars. © Pool / FTV

"Voilà des maires déviés" a déclaré d'emblée avec le sourire Jean Castex en saluant à son arrivée les maires des deux communes Livron et Loriol-sur-Drôme.

Depuis plus de 40 ans, les habitants entendent parler de cette déviation des deux communes par l'ouest. Le déplacement du Premier ministre Jean Castex samedi 27 mars lance donc le top départ de cet énorme chantier d'ici un an. A cet endroit la circulation sur la Nationale 7 atteint les 18.800 véhicules par jour en moyenne en été.

Le protocole d'accord a été signé dans l'après-midi. Au moment des signatures, le vent a bien failli faire s'envoler les pages de l'accord, elles ont été rattrapées par Jean Castex. "Ce n'est pas le moment qu'elles s'envolent" disait-il avec le sourire. "J'ai connu des stagiaires de l'Ena qui étaient virés pour moins que ça" a glissé Laurent Wauquiez, grand sourire lui aussi et qui a rapidement raccroché les pages sur le parapheur au dernier moment.

Toutes les signatures ont donc été apposées sur ce document officiel. Jusqu'à présent, il manquait une partie du financement. Seule la première phase du projet était budgétée, à hauteur d'environ 69 millions d'euros. Le Premier Ministre s'est engagé à apporter les 55 millions d'euros qui manquaient. Le premier coup de pioche ne devrait pas être réalisé avant 2022. Pour Jean Castex, "j'ai le sentiment de faire oeuvre utile. Il fallait que l'Etat montre l'exemple et soit présent à vos côtés." 

Un nouveau pont sur la Drôme

La déviation prévue devrait parcourir plus de 9 km, avec une très grande majorité de routes nouvelles. Une seule voie est prévue dans chaque sens, avec 4 créneaux de dépassement. Il va falloir créer 3 ouvrages de franchissement de la voie ferrée, un nouveau pont sur la Drôme, et 5 nouveaux ronds-points. La vitesse devrait être limitée à 80 ou 90 km/h.

Les travaux devraient occasionner 600.000 m3 de déblais. 50.000 tonnes d'enrobés sont annoncés. Une centaine d'espèces protégées ont été découvertes sur le site, notamment l'apron du Rhône dans la rivière de la Drôme. Des corridors de biodiversité sont donc prévus. Pour le nouveau pont qui enjambera la rivière, un viaduc avec seulement deux piles dans la rivière est prévu, pour limiter les impacts sur la biodiversité, alors que le pont de l'A7 en a quatre.

Les chéquiers ont été sortis

Dimanche dernier, Laurent Wauquiez, président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait annoncé que la région était prête à mettre 30 millions d'euros sur la table si l'État lançait les travaux, une communication à 3 mois des élections régionales.

Le département de la Drôme a accepté de rallonger son enveloppe de 11 à 28 millions d'euros. "Un effort majeur" dit sa présidente Marie-Pierre Mouton qui attend désormais "un calendrier des travaux" et un démarrage rapide selon nos confrères de France Bleu Drôme. Le budget total avoisine (pour l’instant) les 120 millions d’euros.

Le projet de déviation de Loriol-sur-Drôme et Livron-sur-Drôme, tel qu'il a été acté par la Dreal en décembre 2020.
Le projet de déviation de Loriol-sur-Drôme et Livron-sur-Drôme, tel qu'il a été acté par la Dreal en décembre 2020.

Un faux départ l'an dernier

Pour l'année 2020, le chantier avait été décalé par l’Etat. Le budget du premier tronçon était pourtant acté il y a un an, avec une répartition précise des financements. Ce premier tronçon incluait le nouveau pont sur la Drôme, pour 69 millions d’euros, dont 45 millions apportés par l’Etat. Il restait 11,6 millions à la charge du département de la Drôme, et 7 millions pour la communauté de communes Val de Drôme, et les villes de Livron et Loriol. Les deux autres phases de travaux concernent la partie nord et la partie sud du projet. La déviation de la N7 a été déclarée "d’intérêt national", mais l'Etat avait exigé que le département et que les collectivités locales participent au financement avant de lancer le coup d’envoi final des travaux.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
travaux publics économie polémique société