Montélimar : le meurtrier présumé de son cousin mis en examen

Publié le Mis à jour le
Écrit par Daniel Pajonk .

Le meurtrier présumé du jeune Mohamed décédé d'un coup de fusil à pompe dimanche dans le quartier de Pracomtal a été placé en détention provisoire. La jeune victime allait fêter ses 17 ans en mai prochain.

Une information judiciaire a été ouverte sous la qualification d’assassinat avec préméditation par le parquet de Valence mardi soir. Le jeune montilien de 17 ans a été mis en examen et présenté à la juge d’instruction Eliane Richiero. Il a été placé en détention provisoire à l’issue de sa première audition, achevée tard mardi soir. Mardi, l’autopsie a confirmé que la victime a reçu un projectile mortel qui a touché la colonne vertébrale, au niveau lombaire. L’arme utilisée, un fusil à pompe, a précisé à notre confrère Le Dauphiné Libéré  le procureur de la République de Valence. Il n’a pas été retrouvé.

Le mobile du meurtre demeure inconnu

Si pour l’heure, les raisons qui ont poussé au coup de feu dans le dos de la victime restent ténébreuses, certaines bribes d’explication ont été apportées par le grand-père des deux adolescents dans les colonnes de notre confrère.  Ainsi, le contour des relations familiales présenterait des inimitiés anciennes entre les deux cousins, sur fond de provocations répétées. Une altercation entre les deux cousins s'était produite il y a quelques mois. Elle avait donné lieu à un dépôt de plainte de la part de Mohamed, tué dimanche. Le coup de feu de dimanche serait-il lié à une volonté de vengeance du cousin cité dans un procès verbal à la police ? Ou alors, le meurtre aurait-il pour toile de fond la belle trajectoire de Mohamed, qui était bon élève en première S, selon le proviseur de son lycée Alain Borne, dans le quartier de Pracomtal ?

Une cagnotte est rassemblée pour financer les obsèques

Pour Me Fort, l’avocat du jeune meurtrier présumé, « il s’agit d’un drame familial, clame Me Fort. Mon client est effondré, ses parents sont sidérés. » Au lycée Alain Borne du où était scolarisée la victime, ses camarades veulent organiser une marche blanche. Elle aurait lieu la semaine prochaine. En parallèle, une cagnotte est lancée par ses amis afin de permettre à sa famille de couvrir les frais d’obsèques. Elle atteignait 7 000 euros ce mercredi matin.
Drôme: suite affaire du lycéen tué à Montélimar

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité