La préfecture de la Drôme va interdire la foire de Romans-sur-Isère

La préfecture devrait annoncer prochainement l'interdiction de l’événement, en ce début septembre. Elle n'accepte plus que la Foire du Dauphiné se tienne sur son site historique, près d'une zone industrielle à risques.
La Foire du Dauphiné est la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en dehors de celle de Lyon. Elle attire chaque année quelque 120 000 visiteurs pendant 9 jours.
La Foire du Dauphiné est la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en dehors de celle de Lyon. Elle attire chaque année quelque 120 000 visiteurs pendant 9 jours. © Foire du Dauphiné

Même si l'annonce n'est pas encore officielle, ce jeudi 2 septembre, la préfecture a indiqué aux organisateurs de la Foire du Dauphiné qu'elle interdirait l'évènement. En cause, le voisinage direct du site de la Foire, à Romans-sur-Isère, notamment une usine classée Seveso. La préfecture indique qu'elle demande aux organisateurs le déménagement de leur site depuis 10 ans. 

 

Une zone à fort risque industriel

Sur le site internet de la Foire du Dauphiné, l'évènement est toujours annoncé, mais les 500 exposants, eux, savent déjà que son sort est scellé. Il devait avoir lieu entre le 25 septembre et le 3 octobre prochains, mais l'organisation attend la position officielle de la préfecture : "je refuse de me prononcer tant que je n'aurai pas la notification de la préfète", explique Michel Vagnoux, amère. Interrogée par nos confrères de France Bleu Drôme Ardèche, celle-ci a précisé, lundi 30 août, qu'elle attendait la décision de la mairie de Romans-sur-Isère pour communiquer sa décision : "je serai amenée à prendre une décision par substitution parce que la loi l'impose et surtout les règles relatives à la protection des personnes contre le risque industriel", a-t-elle expliqué. En cause donc, l'emplacement du site : alors que la Foire dispose de ses propres installations depuis 1974 à Romans-sur-Isère, des entreprises présentant un risque industriel significatif, se sont installées à proximité. Le site n'est plus adapté pour l'accueil d'un large public.

 

Le déménagement tarde

Les autorités disent avoir prévenu l'organisation "chaque année depuis 10 ans" de la nécessité de déplacer l'évènement. "Des promesses ont été faites en 2012 visant un déménagement au plus tard en 2016, nous sommes en 2021," a fait remarquer la préfète de la Drôme. Mais de son côté, le directeur de la Foire indique que le processus de déménagement demande du temps : "un site a été trouvé, le projet de déménagement est acté, on demandait encore 3 ans de délais", explique-t-il. "Si la préfecture nous avait signifié son intention d'empêcher la Foire avant, nous aurions peut-être pu trouver une solution pour la déplacer cette année en attendant que le nouveau site soit construit. Mais là, on a été prévenu un mois et demi avant la Foire, c'était impossible." Le responsable fait par ailleurs remarquer qu'un centre commercial, installé à quelques centaines de mètres de là, n'est pas inquiété. Et pour cause, la Foire se tient en partie sous des chapiteaux en extérieur, ne permettant pas de protection en cas d'incident dans les entreprises voisines. Finalement, la Foire qui se tient depuis 91 ans sera donc annulée pour la deuxième fois de suite, après l'interruption pour cause de crise du Covid l'an dernier. 

 

500 exposants impactés

Restent les principales victimes : les exposants et leurs clients potentiels. La Foire du Dauphiné est la plus importante de la région Auvergne-Rhône-Alpes en dehors de celle de Lyon. Elle attire chaque année quelque 120 000 visiteurs pendant 9 jours. Pour les exposants, il s'agit donc d'une nouvelle difficulté, alors que la crise du Covid tarde à s'apaiser. L'entreprise de création et de fabrication de cuisines Ambiance Déco Ligne Michel Deroux est présente à la foire chaque année depuis 44 ans. Son gérant, Gilbert Achard, regrette "un choc économique pour la région. J'ai beaucoup de clients qui me demandent si la foire va avoir lieu. Moi je la préparais depuis le mois d’avril pour présenter de nouveaux produits", explique-t-il. "Vous imaginez, 120 000 personnes, pour des artisans, c'est une visibilité énorme. Et après la crise du Covid, les clients ont besoin de retrouver des relations humaines avec leurs artisans et avec les acteurs locaux". Désormais, cet artisan et ses confrères s'inquiètent pour les prochaines années : l'organisation parviendra-t-elle à trouver un autre site en attendant que ses nouveaux locaux soient prêts ? Réponse dans un an.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
foires événements économie