Bannière résultats municipales

Elections municipales : ces villes d’Auvergne qui pourraient basculer au 2ème tour

Parmi les communes où l’on votera le 28 juin pour le second tour des municipales, quelles sont celles dans le Puy-de-Dôme, le Cantal, la Haute-Loire ou dans l’Allier qui pourraient changer de couleur politique ?
 

Les urnes pourraient livrer quelques surprises au soir du 28 juin.
Les urnes pourraient livrer quelques surprises au soir du 28 juin. © V. Mathieu - France 3 Auvergne
Si l’on n’imagine pas à Clermont–Ferrand dans le Puy-de-Dôme ou à Moulins dans l'Allier une alternance politique à la tête de la mairie au soir du second tour des municipales le 28 juin 2020, les résultats du premier tour font apparaître des ballotages incertains porteurs de changements.

Le cas le plus imprévisible est assurément à Vic-sur-Cère dans le Cantal où l’égalité des voix au premier tour n’a pas départagé la maire sortante socialiste Dominique Bru et la divers droite Annie Delrieu-Tourtoulou. Avec 487 voix pour chacune, bien malin celui qui osera un pronostic.

A l’inverse on voit mal comment la mairie de Moulins dans l’Allier pourrait échapper au maire sortant Pierre-André Périssol en tête avec 45,87%, loin devant Stefan Lunte (29,7%) et Yannick Monnet (21,8%). Et personne n’imagine dans le Puy-de-Dôme que Clermont-Ferrand puisse basculer à droite (depuis 1944 la ville n’a connu que 4 maires, tous socialistes) ; le maire sortant Olivier Bianchi a recueilli le 15 mars plus de voix que Jean-Pierre Brenas et Eric Faidy réunis, trois fois plus que Marianne Maximi.

Reste ces communes incertaines où la lecture des résultats laisse planer le doute, surtout tant que des fusions sont toujours possibles ; le dépôt des listes pour le second tour devant se faire avant le 2 juin.

A Aurillac dans le Cantal, Pierre Mathonier est le 3ème des maires socialistes à se succéder depuis 2001 (après René Souchon et Alain Calmette) mais il ne compte que 408 voix d’avance sur Jean-Antoine Moins (LR) alors que la liste de Catherine Amalric (investie par le Mouvement radical social-libéral et soutenue par La République En Marche) a recueilli 695 voix.

Dans le Puy-de-Dôme, le résultat sera très suivi à Aubière où Christian Sinsard, qui a été longtemps une figure locale du PCF, ne se représentait pas. Son adjoint aux finances Florent Guitton (PS) qui conduit une liste d’union de la gauche a été devancé de 12 voix par la liste d’union de la droite de Sylvain Casildas, avec entre deux, la liste centriste de Vincent Salesse qui pointait à 10,04% au soir du premier tour.

A Riom le maire sortant Divers droite Pierre Pécoul est arrivé en tête avec 41,54% des voix. Mais les deux listes de gauche, si elles s’entendaient, cumuleraient plus de voix (même si la liste LREM rejoignait celle de Pierre Pécoul). C’est donc aussi un ballotage incertain.

A Beaumont (Puy-de-Dôme) qui a connu un chassé-croisé depuis 1995 à la tête de l’exécutif local, le sortant Alain Dumeil (LR) voit la possibilité d’un 3ème mandat contestée par son ancien premier adjoint Jean-Paul Cuzin (sans étiquette, mais se revendiquant comme centriste). Ils doivent se préparer à un second tour serré, le total des listes conduites par Hélène Veilhan et Dominique Molle, toutes deux de sensibilité de gauche, dépassant celui réalisé par Jean-Paul Cuzin arrivé en tête du premier tour.

Pas de suspens au Puy-en-Velay, à Yssingeaux ou à Brioude en Haute-Loire, où le premier tour a suffi pour désigner les équipes municipales. A Retournac, le maire sortant Pierre Astor avec 37% des voix est fortement challengé par Patricia Goudard à 42% et Antoine-Gilbert Maleysson à 20,46%.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections déconfinement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter