EN IMAGES : la nuit de lutte perdue contre le gel dans la Vallée du Rhône

Les dernières nuits ont été particulièrement froides, au point de faire craindre aux vignerons et arboriculteurs  le gel de leurs cultures dans la Vallée du Rhône. De nombreux moyens ont été employés souvent sans succès. 

Au matin du 8 avril 2021, des bougies étaient encore allumées par endroit (Ardèche)
Au matin du 8 avril 2021, des bougies étaient encore allumées par endroit (Ardèche) © Francetv

Les dernières nuit ont été glaciales dans la Vallée du Rhône, poussant les agriculteurs à utilisers différents moyens radicaux pour lutter contre le froid. Dans la nuit du 7 avril 2021, les températures sont tombées extrêment bas, jusqu'à -7°C.

Le lendemain, les dégâts sont encore difficiles à chiffrer, mais les premières remontées de terrain laissent craindre le pire. Plus encore pour les arboriculteurs, dont les productions étaient plus avancées, que pour les vignerons. "Au moins 80% de notre production est touchée", explique Daniel Betton à l'AFP. Il exploite 55 hectares d'abricotiers à Mercurol-Veaunes dans la Drôme. "Les fruits qui étaient déjà sortis ont changé de couleur. A l'intérieur, l'amande est passée de blanche à brunâtre", explique-t-il. 

Lui et son fils ont utilisé sans succès des bougies chauffantes pour tenter de lutter contre le froid annoncé. "La température est devenue négative à partir de minuit et sur les coups de 7 heures, on est descendu à -4 degrés. Un petit vent a empêché la chaleur de se diffuser correctement", se désole Daniel Betton.

Au petits matins, certains arboriculteurs n'ont pu que constater les dégâts.
Au petits matins, certains arboriculteurs n'ont pu que constater les dégâts. © Francetv

Des feux géants

Pourtant, différents moyens avait été mis en oeuvre par les arboriculteurs et les vignerons pour lutter contre le froid. Sur les coteaux de l'Hermitage dans le Rhône, des centaines de bougies ont été allumés par les vignerons pour éviter que le gel des bourgeons.

Le même procédé a été très utilisé dans la Drôme et l'Ardèche, où Météo France annonçait une nuit particulièrement froide. Au point qu'au petit matin, les monts d'Ardèche n'étaient plus visibles depuis le parking de l'hôpital de Valence le 8 avril 2021. 

Les monts d'Ardèche sous d'épaisses fumées le 8 avril 2021
Les monts d'Ardèche sous d'épaisses fumées le 8 avril 2021 © Francetv / Béatrice Tardy

Mission en partie réussie pour certains

"On a sélectionné le coteau principal et on a fait brûler des ballots de paille et des tas de bois pour essayer de sauver ce qui pouvait l'être", confie Rémy Nodin à l'AFP, vigneron à Saint-Péray en Ardèche, que l'adrénaline fait tenir après une nuit sans sommeil. "L'objectif était d'avoir un écran de fumée pour qu'au moment où le soleil arrive, il ne brûle pas la vigne à cause de l'humidité".

Mission en partie réussie, pour le jeune professionnel de 34 ans qui avait pris conseil auprès de confrères alsaciens plus habitués. "Des bourgeons de la vigne ont flétri, certaines vignes qui étaient bien avancées de 2-3 centimètres de haut ont noirci", note-t-il toutefois."

Il a fait jusqu'à -7° en Ardèche
Il a fait jusqu'à -7° en Ardèche © Francetv

Dans le Rhône et la Loire, "tous les secteurs sont impactés mais il est encore trop tôt pour mesurer les dégâts", commente Christophe Gratadour à l'AFP, conseiller arboriculture à la chambre d'agriculture. "Nous craignons particulièrement le risque d'arrêt de sève sur les arbres qui ont subi des variations de températures importantes en quelques jours". Fin mars, le thermomètre avait dépassé les 25 degrés sur plusieurs secteurs de ces deux départements.

Les élus locaux se mobilisent

Les élus réagissent également à l'image d'Aurélien Ferley, le président de l'association des maires ruraux de la Drôme. "Notre pays vient de vivre l'une des pires nuits pour l'arboriculture et la viticulture depuis ces 15 dernières années" déclare-t-il. Il précise que les nombreuses techniques de lutte utilisées (bougies, aspersion, souffleurs…), n'ont pas été efficaces. "Sur la commune à Moras-en-Valloire, la température est descendue jusqu’à -7°C" ajoute-t-il. 

Un dossier "calamités agricoles" ouvert dans la Drôme 

La Préfecture de la Drôme a d'ores-et-déjà annoncé dans un communiqué que'une "mission d’enquête sera diligentée très rapidement par la Direction Départementale des Territoires afin d’estimer les dégâts et les pertes, au plus près du terrain. Un dossier « calamités agricoles » sera ouvert et permettra de solliciter le dispositif national pour les pertes de récolte en arboriculture, et pour les pertes de fond en viticulture."

Le gel ne devrait pas faire plus de dégâts cette année. Météo France prévoit des températures positives à partir de cette nuit et pour les quinze prochains jours dans toute la région. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie