• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

REPLAY | Enquêtes de régions :Transport et pollution, un duo infernal

La COP21 s’est ouverte lundi. L’enjeu principal : pousser les Étals à réduire leurs émissions de carbone dont les transports, sont, pour la plupart responsables. Mais une question sera absente des négociations : la qualité de l’air et son impact sur la santé.. Replay.

Par Emilie Rosso

Enquête de régions s’est intéressé aux transports et à leur rôle dans la pollution.

Lyon, sous le dôme : c’est désormais l’image d’Epinal du XXIe siècle. Des villes polluées et embouteillées.

Les voitures sont pourtant un danger pour notre planète. Elles émettent 35% des émissions de gaz à effet de serre (GES) et sont les principales responsables du réchauffement climatique.
Mais outre le CO2, les transports produisent également des particules fines, dioxyde d’azote. Ces polluants ont un double impact écologique et sanitaire. D’une part, ils participent à l’acidification des écosystèmes terrestres et aquatiques. D’autre part, ils affectent la santé humaine et sont responsables de nombreuses maladies et même des cancers du poumon.
Pour autant, aucun accord n’est prévu par la COP21 concernant ces émissions-là.
Alors que respire-t-on dans les grandes villes où le nombre de voitures ne cesse d’augmenter ? Nos vallées alpines, ou passent des milliers de camions tous les jours, sont-elles préservées ? Asthme, allergies et même cancer… Quels sont vraiment les risques pour la santé ? Quelles solutions pour y remédier ? Emilie Rosso et Aude Henry sont allées jusqu'à Milan pour vous montrer quelques unes d’entre elles. 
Reportage d’Emilie Rosso et Aude Henry - Montage : Fréderic Gramond

Pendant longtemps, la qualité de l’air et la protection de l’environnement ont été envisagés, par les pouvoirs publics, comme des enjeux distincts. Le scandale du diesel en est l’exemple le plus probant. Dans le contexte de la COP21, de nombreux militants demandent des politiques transversales, qui prennent à la fois en considération le climat, l’énergie et l’air. Les explications de Didier Chapuis, Président d’Air Rhône-Alpes.
COP 21 : la qualité de l'air absente des débats
Pendant longtemps, la qualité de l’air et la protection de l’environnement ont été envisagés, par les pouvoirs publics, comme des enjeux distincts. Le scandale du diesel en est l’exemple le plus probant. Dans le contexte de la COP21, de nombreux militants demandent des politiques transversales, qui prennent à la fois en considération le climat, l’énergie et l’air. Les explications de Didier Chapuis, Président d’Air Rhône-Alpes.

Le second reportage signé de Françoise Guais, Vincent Habran, Dominique Semet sera sur le réchauffement climatique des Alpes.

Pour aller plus loin

A lire aussi

Sur le même sujet

RUGBY. Le HAKA des joueuses des néo zélandaises

Les + Lus