Grenoble : une voie réservée au covoiturage va bientôt ouvrir sur l'autoroute A48

Une voie dédiée au covoiturage va ouvrir en septembre 2020 sur un tronçon de l'autoroute A48, au nord de Grenoble. C'est l'une des premières expérimentations en France.
Des bouchons sur l'autoroute pour les départs en vacances. (Illustration)
Des bouchons sur l'autoroute pour les départs en vacances. (Illustration) © Virgile GAZZANIGA / MAXPPP
Encourager la pratique du covoiturage pour limiter les bouchons. Le gestionnaire autoroutier Area vise un coup double avec l'ouverture d'une voie réservée au covoiturage sur l'A48 à l'entrée de Grenoble, en septembre 2020. Souvent embouteillée aux heures de pointe, cette portion de l'autoroute située au nord de l'agglomération va être dotée d'une voie dédiée aux covoitureurs.

D'une longueur de 8 kilomètres, elle débutera à la barrière de péage de Voreppe (Isère) pour s'achever à la bifurcation entre l'A48 et la nationale RN481 à Saint-Egrève. Elle ne concerne qu'un sens de circulation : Lyon/Grenoble. Voici comment elle va se mettre en marche.
 
 

Comment fonctionnera-t-elle ?


Tout d'abord, il ne s'agit pas de créer une voie supplémentaire. La future voie dédiée au covoiturage se tiendra en lieu et place de l'actuelle voie de gauche et ne sera activée qu'aux heures de pointe. Les automobilistes en seront informés par l'affichage d'un losange blanc sur le panneau lumineux au-dessus de la voie, informe Area. Dès lors, la vitesse sera limitée à 50 km/h sur ce tronçon.

"L'ouverture de la voie réservée au covoiturage apportera un gain de temps significatif aux covoitureurs, notamment en fiabilisant leur temps de trajet", estime le gestionnaire dans un communiqué, mettant en avant les bénéfices de ce mode de transport : "des économies, moins de pollution, l'accès à la mobilité pour ceux qui n'ont pas de véhicule/permis, la convivialité et surtout moins de congestion à terme."

 

Qui peut y avoir accès ?


Les covoitureurs bien sûr, mais pas seulement. Dès que deux personnes se trouvent dans la voiture, le conducteur peut utiliser la voie dédiée. Les véhicules à très faible émission - électriques, hydrogène et hybrides rechargeables - ainsi que les taxis y auront également droit.
 
"Dès l’ouverture de la voie sur A48, Area procédera à un comptage pédagogique du nombre d’occupants dans les véhicules", peut-on lire dans ce même communiqué. L'objectif : vérifier la bonne utilisation de la voie et sensibiliser les automobilistes.

 

Des sanctions ?


Depuis le début de l'année, les voies de covoiturage sont inscrites au code de la route. Les forces de l'ordre sont donc en mesure de verbaliser les contrevenants. Ils encourent une amende de 135 euros pouvant être minorée à 90 euros en cas de paiement immédiat.

Plusieurs expérimentations vont voir le jour : sur l'A7 à Marseille en 2021, sur l'A15 en Île-de-France fin 2020 et sur l’ancienne autoroute A6-A7 dans la traversée de Lyon courant 2020. "Pour permettre le contrôle automatique de ces voies réservées d'ici fin 2021, l’État lancera un partenariat d'innovation afin de poursuivre les expérimentations et améliorer les performances des capteurs détectant le nombre d’occupants dans les véhicules", annonce le gouvernement.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
autoroute économie transports pollution environnement