Haute-Loire : polémique autour de la mise à 2X2 voies de la RN 88

En Haute-Loire, les travaux de mise à 2X2 voies de la RN 88 entre Saint-Hostien et Le Pertuis viennent de démarrer. Mais 4 associations de défense de l'environnement demandent leur suspension. Elles ont saisi le tribunal administratif de Clermont-Ferrand. Une audience aura lieu le mardi 23 février.

Depuis le mois de janvier, les travaux de déboisement ont commencé en Haute-Loire, afin de mettre à 2X2 voies la RN 88.
Depuis le mois de janvier, les travaux de déboisement ont commencé en Haute-Loire, afin de mettre à 2X2 voies la RN 88. © Gérard Rivollier / FTV

Avec le déboisement du terrain depuis le mois de janvier, les travaux de mise à 2X2 voies de la RN 88 entre Saint-Hostien et Le Pertuis en Haute-Loire sont lancés. Bientôt, il devrait y avoir une 4 voies à la place de l'actuelle route nationale 88. D'après les défenseurs de l'environnement, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, en charge du chantier, n'a pas respecté une condition prévue dans l'arrêté autorisant ces travaux. Francis Collet, adhérent France Nature Environnement (FNE), affirme : « Il était clairement dit que l’abattage ne devait pas se faire lorsque les températures nocturnes étaient inférieures à 5 degrés parce que la petite faune est complètement paralysée. En abattant à ce moment-là, il n’y a aucune possibilité de fuite pour elle ».

Le tribunal administratif saisi

Mais c'est sur le fond que veulent se battre France Nature Environnement, SOS Loire Vivante et l'association des Usagers des Transports. Elles ont saisi le tribunal administratif de Clermont-Ferrand qui devrait examiner le dossier le mardi 22 février. Pour ces associations, ce projet est démesuré et d'un autre temps. Il avait même été abandonné par l'Etat. Jean-Jacques Horfeuvre, vice-président de la FNE Auvergne-Rhône-Alpes, précise : « Pour 10 km, ce projet prend 140 hectares de terrain. Il y a des ouvrages d’art énormes, avec des viaducs de 300 m. L’intérêt public en 2021 n’est pas de faire 226 millions de travaux pour faire obligatoirement une 4 voies. On pourrait faire quelque chose de plus léger et de beaucoup moins pénalisant »

Une trentaine d'exploitations touchées

Le projet est jugé trop pénalisant pour la nature et pour l'agriculture, estiment les opposants. D'après eux, une trentaine d'exploitations vont être touchées comme celle de Xavier Maleysson. Cet agriculteur affirme : « La future déviation va me prendre 10 hectares. Ca nous coupe la structure en 2 avec des terrains de part et d’autre de l’infrastructure. Quand on a un troupeau allaitant, ce n’est facile à déplacer. Cela va nous imposer des déplacements en bétaillère alors que jusque-là on le faisait à pied ».

Une route à 2X2 voies est 2 fois moins accidentogène qu’une route à 2X1 voie

De son côté, la Région, qui finance en grande partie les travaux, met en avant la sécurité qu'offrira le nouveau tracé aux usagers. Michel Chapuis, vice-président (UDI) du Conseil régional souligne : « On sait qu’on est sur une zone très accidentogène. On sait par exemple qu’une route à 2X2 voies est 2 fois moins accidentogène qu’une route à 2X1 voie. Je rappelle pour mémoire qu’entre 2013 et 2017 on a eu 6 décès sur le secteur entre Saint-Pierre-Eynac et Yssingeaux ». Les associations demandent au tribunal administratif de suspendre les travaux dans un premier temps et d'annuler ensuite l'autorisation environnementale accordée en octobre dernier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité polémique travaux publics économie transports