Haute-Loire : pourquoi la culture du chanvre a la cote

A Landos, en Haute-Loire, une vingtaine d’agriculteurs se sont lancés dans la culture du chanvre. / © Gérard Rivollier / France 3 Auvergne
A Landos, en Haute-Loire, une vingtaine d’agriculteurs se sont lancés dans la culture du chanvre. / © Gérard Rivollier / France 3 Auvergne

A Landos, en Haute-Loire, une vingtaine d’agriculteurs se sont lancés dans la culture du chanvre. Cette plante possède de nombreuses vertus.
 

Par C.L avec Gérard Rivollier

Si vous croisez une moissonneuse au mois d'octobre à Landos, en Haute-Loire, ne soyez pas surpris. Ce ne sont ni des lentilles, ni des céréales mais des graines de chanvre que l'on récolte ici. Il s’agit d’une plante très odorante qui mesure près d'un mètre quatre-vingt de hauteur. Une vingtaine d'agriculteurs du plateau de Cayres-Pradelles se sont lancés dans cette culture expérimentale. David Mathieu, agriculteur, affirme : « Cette parcelle était relativement salle, elle avait eu deux années de céréales. Il y avait du chiendent, d’autres mauvaises herbes, ce qui m’aurait sans doute incité à réaliser un traitement au Roundup. Grâce au chanvre, normalement, la parcelle sera propre pour la culture suivante et cela me permettra de me passer des produits phytosanitaires ».

10 tonnes de graines fournies en 2018

Les agriculteurs ont passé un contrat avec l'entreprise Sabarot, distributrice de lentilles vertes du Velay. L'an dernier, ils ont fourni 10 tonnes de graines de chanvre, le chènevis. Cette année, la production, encore confidentielle, devrait être multipliée par 3. Le chanvre permet de produire de l'huile et des graines torréfiées, appréciées des sportifs. Damien Anjarry, directeur général "Sabarot Agriculture" explique : « Pour les initiés c’est une graine très riche en oméga 3 avec des acides gras très intéressants. Il y a beaucoup de protéines. Pour le fonctionnement des muscles et du corps humain en général, il s’agit d’une graine très intéressante, avec de bonnes protéines générales ».

Différents modes de valorisation

Reste à valoriser aussi la paille. Là encore les agriculteurs du plateau ont des idées. Alain Robert, agriculteur, souligne : « Il y a le paillage chanvre, c’est-à-dire qu’on va mener une expérimentation pour le broyer, ce qui permettrait aux collectivités d’utiliser ce paillage pour leurs espaces verts. La deuxième opportunité que l’on aurait serait une petite entreprise qui a acheté des panneaux en chanvre pour l’isolation ». Cultivé dans la région pour les cordages de marine jusqu'au début du XXème siècle, le chanvre va-t-il faire son retour ? Une poignée d'agriculteurs de Haute-Loire y croient et tentent de mettre en place une nouvelle filière.
 

Sur le même sujet

Les + Lus