• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Météo : le 697 000e éclair de l'année 2018 enregistré en Haute-Loire

Le record de foudroiement en France vient d'être battu : le 697.000è éclair de l'année est tombé en Haute-Loire, dans la commune de Chavaniac-Lafayette, mercredi 12 septembre. / © MOHAMMED ABED / AFP
Le record de foudroiement en France vient d'être battu : le 697.000è éclair de l'année est tombé en Haute-Loire, dans la commune de Chavaniac-Lafayette, mercredi 12 septembre. / © MOHAMMED ABED / AFP

Record battu. Le 697 000e éclair de l'année a été enregistré en Haute-Loire, dans la commune de Chavaniac-Lafayette, à 17h29, faisant de 2018 l'année "la plus foudroyée" de France depuis 1995. 
 

Par M.B avec AFP

Le record de 696 999 éclairs "nuage-sol", en 1995, vient d’être battu, mercredi 12 septembre 2018. Le 697 000e coup de foudre a été enregistré en Haute-Loire à 17h29, dans la commune de Chavaniac-Lafayette. Un seuil qui n'avait pas été dépassé, en France, depuis 1995.

Grâce à 20 capteurs de grande précision couvrant l’ensemble du territoire national, Météorage, filiale de Météo France, a pu suivre de près l’évolution des éclairs. « Nos appareils permettent de localiser, à heure précise, chaque éclair » indique Turkyan Marinov, responsable marketing à Météorage. « Ils apparaissent sous forme de listing chronologique. La veille, nous avons donc pu suivre l’évolution en direct des éclairs, jusqu'à celui de Haute-Loire. »
 

« Avec près de 700.000 phénomènes recensés début septembre, 2018 est d'ores et déjà l'année de tous les records en matière d'activité orageuse », indique Météorage. 

Juillet et août, traditionnellement mois les plus foudroyés, ont contribué à ce record, mais ils ont été dépassés cette année par un mois de mai très "actif", à 180.000 coups de foudre, soit « deux fois plus que la moyenne des 30 dernières années » a indiqué Marc Bonnet, spécialiste des éclairs à Météorage, à nos confrères de France 3 Nouvelle-Aquitaine. « C’est une activité très intense et très précoce. »
           
Pour Météorage, ce foudroiement record "s'explique par une succession de situations météorologiques ", c’est-à-dire des "régimes de blocage" maintenant des airs chauds et froids qui évoluent peu entre eux. D'où des épisodes orageux l'hiver dernier, au-delà des normales de saison, puis "un printemps d'orage record et une activité maintenue en cet été caniculaire."
 

La chaleur n’explique pas tout 


Logiquement, on pense réchauffement climatique. Mais ce n’est pas le seul facteur, selon Marc Bonnet, expert à Météorage. « La chaleur est un des éléments indispensables pour les orages, mais il faut également prendre en compte l’humidité et l’apparition d’air frais. » Outre les éclairs "nuage-sol" (coups de foudre), Météorage a recensé en 2018 quelque 7,8 millions d'éclairs "intra-nuage" (entre les parties inférieure et supérieure du nuage). Et ce n'est pas terminé. "On attend au moins 15% d’impact en plus, avec des orages qui vont se produire en septembre et octobre " précise encore Marc Bonnet. 

Seulement 31 jours sont restés sans orage dans l’Hexagone depuis le début de l’année. Toutes les régions ont été touchées, mais ce sont l'Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine qui ont reçu le plus d'éclairs même si, en densité (nombre d'éclairs rapporté à la superficie), la Provence-Côte d'Azur puis la Corse sont les plus impactées.
 

Sur le même sujet

Bébés sans bras, la piste de l'eau

Les + Lus