Cancer de la prostate : le Puy-en-Velay à la pointe avec les ultrasons

Le professeur Crouzet explique l'utilisation du traitement par ultrasons focalisés à ses confrères ponots / © G. Rivollier / France 3 Auvergne
Le professeur Crouzet explique l'utilisation du traitement par ultrasons focalisés à ses confrères ponots / © G. Rivollier / France 3 Auvergne

Deux opérations de la prostate ont eu lieu jeudi 22 mars 2018 à la clinique « Bon Secours » du Puy-en-Velay (Haute-Loire) avec un appareil de traitement par ultrasons focalisés. Une nouvelle technique moins invasive.

Par Gérard Rivollier

« C’est un peu le principe de la loupe avec les rayons du soleil », explique le professeur Sébastien Crouzet, urologue à l’hôpital Edouard Herriot à Lyon.
Il était ce jeudi 22 mars 2018 aux côtés de ses confrères les docteurs Pascal Métois et Jacques Largeron de la Clinique « Bon Secours » du Puy-en-Velay pour la première opération par ultrasons focalisés dans cet établissement.
Deux patients de plus de 60 ans, atteints de cancers de la prostate, ont été opérés avec succès.

Quand la souris remplace le bistouri !

« Focal One » est un appareil médical mis au point par une société de Vaulx-en-Velin dans le Rhône en partenariat avec l’hôpital lyonnais Edouard Herriot.
De la taille d’un brancard (2 mètres sur un mètre environ), il est en service depuis 2013.
Avec cette technologie innovante, le chirurgien devient un peu informaticien en troquant son bistouri contre une souri d’ordinateur !
« C’est un peu une imprimante 3D de chaleur, on cible la tumeur avec une sonde à travers le rectum et on va bruler la zone cancéreuse en la bombardant d’ultrasons », poursuit le professeur Crouzet, « cela nous permet de traiter certains cancers de la prostate par voie naturelle, sans cicatrice, et en limitant les effets secondaires que sont l’incontinence et l’impuissance ».

En fait, le traitement s’adresse seulement aux patients atteints d’un cancer localisé dans la glande prostatique.
En superposant les images sur écran « en direct » de l’intervention en cours avec les biopsies et les images IRM précédemment réalisées, cette technique permet de cibler très précisément la zone cancéreuse et le médecin visualise le résultat de son travail en temps réel.

Actuellement près de 80 centres de soin en France et dans le monde sont équipés de cet appareil.
La clinique « Bon Secours » au Puy sera le deuxième établissement à en disposer en Auvergne, le sixième dans toute la région (en fait cet appareil sera partagé avec d’autres sites du groupe C2S auquel appartient l’établissement ponot).


Plus de 8000 morts par an

Avec 8876 morts (en 2012), le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent et au 3ème rang des causes de décès par cancer chez l’homme.
Le professeur Crouzet explique que ce traitement par ultrasons est un atout de plus pour le médecin, en complément de la chirurgie, de la radiothérapie et de la cryothérapie notamment.
Utilisé en première intention ou comme un traitement de rattrapage après un échec, il peut aussi servir pour des récidives, selon le professeur d'Edouard Herriot, convaincu de l'efficacité de ce nouvel outil.
Il permet aussi une prise en charge moins lourde du malade, l’intervention ne dure qu’une ou deux heures et peut se dérouler sous forme ambulatoire.

Toujours en phase d’innovation, "Focal One" n’a pas encore été validé par la Sécurité Sociale (l’intervention est donc à la charge des établissements mais cela ne change rien pour les malades).

A l’avenir, d’autres pathologies pourraient être traitées par cette méthode d'ultrasons, les cancers du pancréas ou les glaucomes notamment.

Sur le même sujet

Suicide d'une employée mucinipale à Chambéry : la famille dénonce un harcèlement au travail

Les + Lus