Coronavirus COVID 19 : le boom des surblouses made in Haute-Loire

En Haute-Loire, des entreprises se sont associées pour produire des surblouses utiles contre le coronavirus COVID 19. / © IPS
En Haute-Loire, des entreprises se sont associées pour produire des surblouses utiles contre le coronavirus COVID 19. / © IPS

Six petites entreprises de la plasturgie en Haute Loire se sont associées pour produire des surblouses à destination des hôpitaux et autres professionnels de santé. Le déconfinement devrait faire encore exploser la demande.
 

Par Elodie Brot-Monnier

C’est début avril en voyant un reportage sur des soignants équipés de sacs plastiques en guise de protection contre le coronavirus COVID 19 que Fréderic Viallet a eu l’idée : « Ca m’a hérissé le poil de voir ces conditions de protections précaires...je travaille comme directeur commercial et technique dans une entreprise spécialisée dans l’emballage industriel (IPS) et je me suis dit qu’il fallait trouver une solution pour équiper et fournir les soignants dans l’urgence ».  

En collaboration avec l'hôpital

Il a fallu adapter une partie de l’outil de production et cinq entreprises de 10 à vingt salariés ont rejoint IPS, entreprise de 115 salariés basée à Bas-en-Basset. En collaboration étroite avec l’hôpital Emile Roux du Puy-en-Velay, les entreprises ont mis au point une surblouse en matière plastique qui répond aux exigences imposées pour protéger le personnel soignant face au virus. « Chaque entreprise s’est adaptée en fonction de sa spécialité dans la plasturgie, nous avions un problème d’approvisionnement en élastiques et 3P Profils a modifié une ligne de production pour en fabriquer spécialement pour les surblouses » précise Fréderic Viallet.

Des intérimaires embauchés

L’entreprise Villettes Plastiques (14 salariés),qui fait dans l’extrusion de plastique et la sacherie, fabrique le corps de la surblouse alors que l’entreprise Janu’sac ( à Saint-Pal-de-Mons, avec 20 salariés) confectionne des manches à part qui peuvent être assemblées au corps selon les besoins des clients car, outre les hôpitaux, des dentistes qui pourront équiper leurs patients, des coiffeurs ou des restaurateurs passent commande. « La demande explose au niveau national, il a fallu embaucher des intérimaires il y a quinze jours pour y répondre car quelques uns de nos salariés sont absents pour garde d’enfants et cette nouvelle activité se développe très vite » explique Salomé Januel de l’entreprise Janu’sac. « On essaie de répondre à la demande importante et on est conscients de l’urgence mais ça devient compliqué à gérer pour notre petite entreprise et on demande aux clients de regrouper au maximum les commandes pour simplifier la logistique (par exemple pour les coiffeurs) » ajoute Joel Bernardo PDG de l’entreprise Villettes Plastiques.

Des surblouses 10 fois moins chères que du made in China

Les surblouses sont vendues à des hôpitaux de Bretagne, du Nord, de Tarbes et aux EHPAD sur tout le territoire français suite à une démarche commerciale spécifique et afin de répondre rapidement à la demande. Le prix à l’unité des surblouses est bien moins cher qu’une surblouse commandée en Chine (jusqu’à dix fois moins cher) : « Nous fixons le prix en fonction des quantités commandées mais c’est bien moins cher puisque les surblouses sont fabriquées en Haute Loire et nous n’augmentons pas les prix par opportunité » explique Frédéric Viallet. Chaque jour plus de 100 000 surblouses sont prêtes à être expédiées « Nous n’avons pas le temps de faire des stocks » s’exclame Fréderic Viallet qui affirme que cette nouvelle production est destinée à se pérenniser après la crise sanitaire, l’objectif étant dès que possible de fournir 250 000 unités par jour. 

 

Sur le même sujet

Les + Lus