Coupe de France : pour Lorient, « Ne pas prendre ce match face au Puy au sérieux serait une faute professionnelle »

Samedi 6 mars, l’équipe du Puy Foot 43 (Haute-Loire) reçoit le FC Lorient dans le cadre des 16e de finale de la Coupe de France de football. Les Ponots n’ont jamais dépassé ce stade de la compétition et croient en leurs chances.

Jeudi 4 mars, les joueurs du Puy Foot 43 se sont entraînés avant leur match de samedi face à Lorient.
Jeudi 4 mars, les joueurs du Puy Foot 43 se sont entraînés avant leur match de samedi face à Lorient. © Gérard Rivollier / FTV

Voilà 46 ans que le Puy (Haute-Loire) espère disputer à nouveau un 16e de finale de Coupe de France. Après s’être défait de Chamalières au tour précédent, l’équipe du Puy Foot 43 reçoit samedi 6 mars le club du FC Lorient, pensionnaire de Ligue 1. Roland Vieira, entraîneur du Puy, équipe qui évolue en Nationale 2, est conscient que le tirage au sort ne l’a pas épargné : « Quand on joue un club de Ligue 1, c’est loin d’être un tirage clément. On pouvait rencontrer quelques N2 ou N3 ou R1 dans notre groupe de tirage. Ca aurait pu être plus simple. Maintenant, c’est une belle affiche et on est vraiment satisfaits de recevoir Lorient pour avoir un super match à jouer. Sportivement, c’est une grosse étape ».
 

Lorient, 17e de Ligue 1

Face aux Ponots, le FC Lorient s’attend à une rencontre difficile. L’équipe est actuellement 17e de Ligue 1. Une position de bas de tableau qui fait que la Coupe de France n’est pas sa priorité. « C’est un match très difficile pour nous car c’est notre 5e match en 14 jours. Pour nous, l’objectif prioritaire de la saison est de nous maintenir en Ligue 1. Ce match de Coupe va permettre à certains joueurs d’avoir du temps de jeu, à certains jeunes de découvrir le groupe pro et de jouer ce match. On veut aussi par ce match entretenir notre dynamique, même si on sera loin de l’équipe qui est alignée en Ligue 1, avec des jeunes qui sont amenés à vouloir intégrer une équipe professionnelle. Ce sera quand même une équipe de Lorient, avec des joueurs qui pour la plupart s’entraînent avec nous » estime l’entraîneur breton Christophe Pélissier.

On va essayer d’être à notre meilleur niveau

Le coach auvergnat sait que son adversaire va faire tourner l’effectif. Roland Vieira concède : « On va jouer sur nos forces, on va essayer d’être à notre meilleur niveau. On sait que l’équipe en face va faire tourner son effectif et modifier des choses, surtout qu’ils sont sur une série de matches assez importante. On va se concentrer surtout sur nous, pour essayer de mettre beaucoup de solidarité, de cœur dans notre match ». Le Puy s’est qualifié au tour précédent lors des tirs au but. Une épreuve qui n’est pas forcément plus travaillée à l’entraînement. Roland Vieira souligne : « On va essayer de créer une atmosphère qui va faire que les choses vont basculer en notre faveur. On va décupler nos forces en ayant un gros collectif. On va vouloir être solides, pour réduire les espaces. Si on laisse des espaces à des joueurs de ce niveau-là c’est très dangereux. On ne va pas faire un match où on met le bus devant la cage et où on essaie d’emmener Lorient jusqu’aux tirs aux buts. Ce n’est pas ma stratégie ».
 

 On sait qu’en Coupe, les 3 niveaux d’avance ne veulent rien dire

De son côté, l’entraîneur lorientais prend très au sérieux les Auvergnats. Le Puy évolue en National et Lorient en Ligue 2. Une différence de niveau qui n’apparaît que sur le papier pour Christophe Pélissier. Il indique : « On sait qu’en Coupe, les 3 niveaux d’avance ne veulent rien dire. L’équipe qui sera alignée samedi n’est pas celle qui joue souvent en championnat. On sait très bien que lorsqu’on est un club de National 2 comme Le Puy, qui est une équipe de haut de tableau, plusieurs facteurs entrent en jeu. Ils font que pour la Coupe de France, il n’y a pas d’écart. Il faut montrer que sur le terrain on est capables d’être meilleurs qu’eux. En aucun cas on ne prépare ce match en se disant qu’il y a 3 niveaux d’écart. On les prend vraiment au sérieux. Il y a tellement d’exemples dans le football qui montrent que le « petit » bat le « gros ». Ne pas prendre ce match face au Puy au sérieux serait une faute professionnelle. En National 2, il y a beaucoup de joueurs qui ont raté leur carrière professionnelle pour très peu. Ce sont des joueurs qui s’entraînent toutes la journée, qui comme nous, sont préparés aux exigences du haut niveau. On ne peut pas préparer ce match de façon légère. La valeur des équipes sera nivelée ».

Un match à huis clos

Crise sanitaire oblige, le match se jouera à huis clos. Une absence de public que déplorent les deux entraîneurs. Roland Vieira indique : « Cette fois-ci le public nous aurait vraiment aidé et ça aurait pu être un appui supplémentaire. Ca aurait pu être le 12e homme. C’est vraiment dommage de ne pas avoir de public et de ne pas pouvoir le partager avec du monde ». Le coach breton précise quant à lui : « Tout peut se passer, tout est imprévisible. C’est encore plus dommage que ces matches se jouent à huis clos. La magie de la Coupe de France est intéressante quand les stades sont pleins ». L’entraineur du Puy sait déjà les mots qu’il va adresser à ses joueurs dans le vestiaire : « Avant de rentrer sur le terrain, je vais dire à mes joueurs de prendre du plaisir. On ne joue pas un 16e de finale tous les jours. On a la chance de jouer contre une équipe de Ligue 1 donc il faut en profiter un maximum ». Les 16e de finale sont une étape que le club du Puy n’a jamais dépassée. A eux d’écrire l’histoire. Le coup d’envoi de la rencontre sera donné samedi 6 mars à 16h30, au stade Massot, du Puy-en-Velay.

Les joueurs du Puy-en-Velay se préparent à affronter Lorient en Coupe de France de Football

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport coupe de france ligue 1