• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Haute-Loire : des détenus acteurs de la lutte contre la radicalisation

Des détenus de la maison d’arrêt du Puy-en-Velay ont présenté mardi 8 janvier une petite pièce de théâtre sur le thème des valeurs de la République. Une action citoyenne qui s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la radicalisation violente. / © G. Rivollier / France 3 Auvergne
Des détenus de la maison d’arrêt du Puy-en-Velay ont présenté mardi 8 janvier une petite pièce de théâtre sur le thème des valeurs de la République. Une action citoyenne qui s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la radicalisation violente. / © G. Rivollier / France 3 Auvergne

Des détenus de la maison d’arrêt du Puy-en-Velay ont présenté mardi 8 janvier une petite pièce de théâtre sur le thème des valeurs de la République. Une action citoyenne qui s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la radicalisation violente.

Par Alexandre Rozga

Le 4 décembre dernier, des détenus de la Maison d’Arrêt du Puy-en-Velay assistaient à une pièce de théâtre intitulée « La Devise » sur un texte de François Bégaudeau écrit pour des lycéens autour des valeurs de la République. Aujourd'hui, c’est au tour des  détenus de monter sur scène !

Prévenir la radicalisation violente

"Dans nos nouvelles missions, nous avons la lutte contre la radicalisation violente. Nous devons décliner localement dans chaque département dans chaque établissement pénitentiaire ce sujet » explique Véronique Guiot Directrice du SPIP, le service pénitentiaire d’insertion et de prévention de Haute-Loire.
 « Au départ, la ligue de l’enseignement, nous a proposé de travailleur avec la compagnie "Totem" de Dignes les Bains. L’atelier théâtre a consisté à réfléchir aux valeurs de la République, pour permettre aux personnes privées de liberté de s’exprimer sur la liberté, sur l’égalité et pour ceux qui connaissent l’isolement ouvrir un coin de ciel et réfléchir au vivre ensemble » ajoute Véronique Guinot. 

« Nous ne sommes pas impactés par des gens radicalisés par contre on peut prévenir d’éventuelles velléités de se rapprocher de groupements violents, c’est dans cette perspective que nous avons proposé cette action »  souligne la Directrice du SPIP de Haute-Loire.
 

Une initiative appréciée des détenus


Sur les 9 détenus participants de l’atelier, 6 sont allés au bout de la démarche et vont présenter une petite pièce de 20 minutes.
« Le contenu, le travail d’écriture, la mise en scène s’est faite avec les détenus. C’était pas gagné d’avance, parce que c’est un sujet sérieux, ce n’est pas une activité ludique. Nous avons eu plus d’inscrits dans cette action que d’habitude et apparemment ça a suscité des réactions positives » se félicité Véronique Guiot.

La maison d’arrêt du Puy-en-Velay compte 54 détenus, des hommes en totalité.
 

Sur le même sujet

Lyon : le point sur la grippe hivernale avec le Prof. Bruno Lina

Les + Lus