Le Puy-en-Velay : passes d'armes au conseil municipal

Publié le
Écrit par S.V. avec Laurent Cluzel

Vendredi 8 juillet, le conseil municipal du Puy-en-Velay se réunissait pour la dernière fois avant les vacances. L'occasion pour les conseillers municipaux d'opposition d'interroger le maire, Michel Chapuis, sur l'enquête en cours concernant l'attribution du marché couvert.

A la fois combatif et sur la défensive. Vendredi 8 juillet, Michel Chapuis, le maire du Puy-en-Velay en Haute-Loire, présidait son dernier conseil municipal avant les vacances. Un conseil municipal, deux semaines après sa garde à vue dans l’enquête sur l’attribution du marché couvert de la ville.

L’opposition ne s’est pas gênée pour aborder le sujet. Laurent Jouhanny en tête : « Nous n’avons jamais eu de remarques quant aux retranscriptions [l’affaire a été révélée par des écoutes publiées dans la presse NDLR], doit-on comprendre, nous, conseillers municipaux minoritaires, que ce qui est rapporté correspond à des échanges qu’il y a pu avoir dans ce dossier ? Cela ternirait fortement pour nous la façon avec laquelle les marchés publics sont conduits par votre majorité. » Laurent Jouhanny, d’une voix calme et posée, insiste : « Confirmez-vous la véracité de ces retranscriptions ? »

Pas de commentaire

Michel Chapuis, sans se démonter, botte en touche : « Moi, je ne les ai pas eues, je ne les ai pas écoutées, je ne risque pas de vous répondre sur le contenu des écoutes que je n’ai pas eu. Je ne ferai pas de commentaire sur des écoutes qui sont illégales et qui ont été versées à la procédure. Je ne fais pas de commentaire sur cette procédure en cours, pas plus à vous qu’à la presse. Je dis que ces écoutes, on sait qui les a faites, comment elles ont été faites et qui les a partagées. »

Le maire passe à son tour à l’attaque en reprochant à son opposition de ne s’être jamais exprimée sur le caractère illégal des écoutes qui ont eu lieu dans les bureaux de la mairie. «  J’aurais aimé que dans cette assemblée, les grands démocrates qui se drapent dans la vertu, j’aurais aimé les voir avoir la même réaction par rapport à quelque chose qui est totalement illégal ! Rendez-vous compte que des salariés de la collectivité ont été espionnés dans leur quotidien pendant quasiment trois mois ! Des écoutes qui ont mélangé allègrement la vie personnelle, la vie privée et la vie professionnelle sans que cela n’offusque personne ! »

"Pur scandale !"

Un maire qui monte dans les tours tandis que l’opposition se tait ou réplique timidement. « Je n’ai vu personne intervenir sur ce qui est un pur scandale ! […] Le débat est clos ! Messieurs les démocrates, merci ! » Michel Chapuis tourne violemment les pages de son ordre du jour. « Rapport n°3 ! »

Mais le conseil municipal reste bloqué sur cette affaire qui agite la ville du Puy-en-Velay depuis le mois de mars. Fabien Burrel, conseiller municipal d’opposition, fait une suggestion : « Je me fais le relais de la population. Ne serait-il pas plus sage de suspendre l’appel d’offre à titre préventif pour arrêter les frais et attendre la décision du tribunal administratif ? »

Ouverture à la rentrée

Michel Chapuis hausse à nouveau le ton. Il souhaite revenir à la décision 60 inscrite à l’ordre du jour, celle qui veut autoriser la Ville à ester en justice dans le cadre de l’enquête administrative. Il recadrera son opposition sur le règlement d’un conseil municipal. Cette dernière reviendra plusieurs fois à la charge. Les passes d’arme vont durer une demi-heure.

L’ouverture du marché couvert au public est toujours programmée pour la rentrée, dans l’attente des conclusions de l’enquête préliminaire du parquet national financier.