Le Puy Foot 43 en 8ème de finale de Coupe de France face à Rumilly : " Ça se jouera vraiment dans les détails"

Seul rescapé auvergnat en Coupe de France, Le Puy Foot 43 se prépare pour son 8ème de finale mercredi 7 avril. Une performance déjà historique pour le club, qui espère bien écrire une nouvelle page face à Rumilly. Mais le déplacement en Haute-Savoie s'annonce périlleux.

Les joueurs du Puy Foot 43 s'entraînent pour le match de 8ème de finale de Coupe de France face à Rumilly le 7 avril à 16h45.
Les joueurs du Puy Foot 43 s'entraînent pour le match de 8ème de finale de Coupe de France face à Rumilly le 7 avril à 16h45. © M.Pitavy/FTV

On avait quitté les joueurs du Puy-en-Velay en pleine euphorie après leur exploit et l'élimination de Lorient en 16ème de finale de la Coupe de France. Ce lundi 5 avril, un mois après la victoire du Puy Foot 43, l'ambiance est détendue à l'entraînement. Les joueurs se préparent à affronter Rumilly (N2) à l’extérieur, mercredi 7 avril. Ce n'est pas encore la coupe de France qui est soulevée, mais en ce lundi de Pâques, le club a prévu des trophées en chocolat pour récompenser les vainqueurs de la séance, une façon de préparer ce déplacement à Rumilly avec gourmandise. « On l’aborde de la façon la plus légère possible. Je pense qu’il ne faut surtout pas essayer de jouer le match avant qu’il ne démarre donc on essaye de prendre du plaisir aux séances. On aura le temps que la pression monte quand le match démarrera », explique Roland Vieira, entraîneur du Puy Foot 43.

Des joueurs absents 

Pour le coach, le timing a joué en faveur du club : « Si on avait dû jouer une semaine après, on se serait fait éliminer car on n’était pas prêts à retourner au combat. Là, on a eu 4 semaines, on s’est rendus compte qu’on manquait d’énergie dans les matchs amicaux. On verra si le jour J on est capables d’être présents. On va essayer d’être à notre niveau, de vivre ce match, d’en profiter et d’être au meilleur niveau qu’on puisse être. Ca va être un match très serré avec deux équipes de même niveau. Ça se jouera vraiment dans les détails. » Seul point noir avant le match, l’effectif du Puy-en-Velay est amputé de quelques joueurs : « L’effectif, c’est un peu le point négatif. On a pas mal d’absents qui sont importants pour l’équipe. On a joué de malchance, on a encore des incertitudes qu’on doit régler demain », regrette Roland Vieira.

"Il faut vivre ce match comme si c’était le dernier"

Au tour précédent, Le Puy Foot n'avait rien à perdre et ne visait que l'exploit face à un club de Ligue 1. Cette fois, l'adversaire est du même niveau et la pression sera partagée des deux côtés. Avec l'arrêt du championnat de National 2 et la perspective d'un quart de finale face à un grand nom du foot français, les sources de motivation ne manquent pas. « Je pense qu’un huitième de finale, pour un club amateur, ce n’est pas tous les ans qu’on en vit un. Il y a quand même une place en quart de finale qui se joue. Ca va nous booster, le fait que ce soit peut-être le dernier match de la saison. Il faut vivre ce match comme si c’était le dernier », affirme David Oberhauser, gardien de but du Puy Foot.

Un match à huis clos

Une rencontre qui, en raison des conditions sanitaires, se disputera à huis clos. Mais est-ce suffisant pour atténuer le handicap de jouer à l'extérieur ? « Bien évidemment », selon Christophe Gauthier, Président du Puy Foot 43 : « On voit bien qu’en foot et en rugby, il n’y a jamais eu autant de victoires à l’extérieur. C’est certainement l’une des raisons majeures. » Le match se disputera mercredi à 16h45. Une qualification offrirait sans doute la possibilité aux Ponots de recevoir un grand nom du foot français : on pense bien sûr au PSG, à Monaco ou encore à l'Olympique Lyonnais.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport coupe de france