Cet article date de plus de 3 ans

Annecy : un homme et une femme arrêtés après une série d'agressions violentes

Trois femmes, dont une personne âgée vulnérable, ont été victimes d'agressions en début de semaine. Un homme a été interpellé mercredi soir, et sa complice jeudi soir.
Un homme et une femme ont été interpellés mercredi et jeudi à Annecy, mettant fin à une série de trois violentes agressions en début de semaine.

Une agression par jour


Tout démarre lundi soir, près de la galerie Lafayette. Vers 20 heures, une femme regagne son véhicule lorsqu'une femme surgit et la menace avec un cutter. Il parvient à prendre la fuite avec 150 euros en liquide et regagne une voiture, dont la plaque d'immatriculation est relevée par la victime et des témoins.

Mardi, une nouvelle agression a lieu, même si elle semble différente, de prime abord. Cette fois, c'est un homme qui agresse une femme, après lui avoir demandé de le prendre en stop. Sitôt a-t-elle ouvert la portière de sa voiture qu'il la menace avec une seringue et s'enfuit à bord du véhicule.

Puis mercredi, c'est une personne âgée qui est victime d'une agression : le même homme la surprend au moment où elle retire de l'argent au distributeur de billets et lui arrache son sac à main. La dame, âgée de 82 ans, tombe par terre et se casse le coude. Une fracture qui nécessitera une opération chirurgicale. L'agresseur, lui, s'enfuit avec un sac à main rempli de près de 300 euros en billets et monte dans une voiture... dont la plaque est identifiée.


Le butin depensé en drogues


Deux agresseurs différents, lundi et mercredi, mais une même immatriculation, qui correspond au véhicule des parents d'un homme connu de la justice. Un toxicomane âgé de 27 ans, qui a dilapidé son butin en drogue. Le malfaiteur est reconnu, en photo, par les victimes des agressions de mardi et mercredi, et arrêté au volant de sa voiture mercredi soir.

En garde à vue, il admet les trois faits et livre même le nom de sa complice, une femme de 35 ans sous curatelle, qui aurait agi sous son influence lors de la première agression. 

Vers l'ouverture d'une information judiciaire ?


Elle est interpellée à son tour le jeudi soir, lorsque les services de vidéosurveillance de la ville la repèrent près de la gare. Les deux mis en cause, Annéciens, indiquent en garde à vue l'emplacement du sac à main volé mercredi ainsi que celui de la Nissan Micra "car jackée" mardi. 

Tous les deux devaient passer en comparution immédiate ce vendredi après-midi, mais en raison du profil psychologique particulier de la trentenaire sous curatelle, une information judiciaire devrait être ouverte. Les deux malfaiteurs pourraient être mis en examen pour l'une pour extorsion avec arme, et l'autre pour deux vols aggravés avec violence et sur une personne vulnérable.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers