Annecy : un nouveau projet de piste cyclable au bord du lac inquiète les commerçants

Mardi, les travaux d'une nouvelle piste cyclable ont débuté au bord du lac d'Annecy. Son tracé est situé en majorité en dehors du réseau routier, mais le projet suscite des appréhensions chez les commerçants. La mise en service est prévue le 1er juin.

Pas encore inaugurée, déjà décriée. La ville d'Annecy (Haute-Savoie) a annoncé la création prochaine d'une piste cyclable entre le quai de la Tournette et le Pâquier, reliant deux pistes déjà existantes. "Nous regrettons d'abord de ne pas avoir été consultés. La ville nous a mis devant le fait accompli", pointe d'emblée Thierry Radice, président des Vitrines d'Annecy, association qui regroupe des commerçants de la ville.

Outre ces divergences sur la forme, certains commerçants pointent du doigt ce nouvel aménagement et craignent des répercussions sur leur clientèle. Ils gardent en mémoire une expérimentation menée à l'été 2020, après le premier confinement, sur un tronçon presque identique.

Cette voie cyclable expérimentale de 550 mètres allant des Marquisats au Pâquier avait été vivement critiquée par certains automobilistes et commerçants. Les premiers fustigeant notamment la réduction du nombre de voies dédiées à la voiture dans un secteur déjà embouteillé.

Mettant en avant des problèmes de sécurité, la municipalité écologiste avait décidé de stopper cette expérimentation mi-septembre, au grand dam des cyclistes. "Ce secteur est l'un des points noirs majeurs de la circulation à vélo sur Annecy", juge Guillaume Spillmann, bénévole à la commission circulation de l'association Roule & Co, qui se félicite de la mise en place d'une nouvelle piste cyclable.

 

Inquiétudes "surévaluées"

Les élus viennent de présenter un nouveau tracé majoritairement hors des voies de circulation qui permettrait de supprimer des "conflits d'usage entre les différents utilisateurs de la chaussée". Mais là encore, les commerçants craignent des répercussions sur la circulation. "Il y a des courses qu'on peut difficilement faire à vélo, estime Thierry Radice. Je suis inquiet pour les commerçants qui subissent déjà une perte de chiffre d'affaires à cause de la crise sanitaire."

Mettant en avant le "succès inattendu" de l'ancienne piste cyclable expérimentale, où jusqu'à 500 cyclistes par heure ont pu circuler, la municipalité annécienne s'était engagée à revenir avec un projet plus consensuel. Désormais, 70% du tracé est situé en dehors de la chaussée. Cyclistes et automobilistes vont tout de même devoir cohabiter au niveau du canal du Vassé et du pont de la Halle. Dans ces deux cas, une voie de circulation sera neutralisée au profit des cyclistes.

Un aménagement qui va contribuer à engorger davantage ce secteur où la circulation est souvent ralentie, selon Thierry Radice. "Les inquiétudes des commerçants sont surévaluées. Ils ont tendance à surévaluer la part de leur clientèle qui vient en voiture", estime pour sa part Guillaume Spillmann selon qui le report des modes de déplacement vers le vélo pourrait constituer une solution face aux embouteillages.

 

Des passerelles au-dessus des canaux ?

Un objectif qu'approuve le président des Vitrines d'Annecy, tout en critiquant des choix "dogmatiques" de la ville. "Je rêve d'une ville sans voiture mais pour ça, juge-t-il, il faut construire des parkings relais, il faut renforcer le réseau de transports en commun."

Les travaux de la nouvelle piste cyclable débuteront dès mardi 6 avril pour une mise en service le 1er juin. Un projet à 450 000 euros qui prévoit, notamment, la fermeture du parking de la Tournette en semaine pendant les travaux.

Et pour apaiser les relations entre cyclistes et automobilistes, la ville envisage de créer des passerelles dédiées au-dessus des deux canaux. "On est sceptiques, tranche Guillaume Spillmann. Cela fait des années que cette idée est mise en avant mais ce n'est pas simple à mettre en place." Ce projet doit être soumis à l'approbation du ministère compétent, les canaux étant classés. Le délai d'instruction est de 8 mois.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports polémique société