"Si on n'est pas d’accord avec lui, on a tort" : en conflit avec le maire, 15 conseillers municipaux démissionnent à Doussard

Vendredi 22 septembre, quinze élus du groupe majoritaire du conseil municipal de Doussard, commune de 3600 habitants située au sud du lac d'Annecy en Haute-Savoie, ont démissionné. Un départ collectif en raison de grosses tensions avec le maire Michel Coutin.

Ils ont attendu pendant des mois avant d'enfin sauter le pas. Depuis janvier, un climat de tensions s'est installé au conseil municipal de Doussard, en Haute-Savoie. Cette commune de 3600 habitants, située au sud du lac d'Annecy, est au cœur de querelles entre plusieurs élus et le maire. 

À la tête de la mairie depuis 2020, Michel Coutin cristallise l'attention. En désaccord total avec l'édile, quinze membres du conseil municipal lui ont adressé leur lettre de démission. Un départ de ses anciens soutiens qui soulage le maire : "On était arrivé à un point de blocage lors du dernier conseil où toutes les délibérations présentées ont été refusées. Il fallait trouver une solution de sortie pour s’assurer d’un nouveau passage devant les urnes.

Un désaccord politique, mais pas seulement

Pendant près de 3 ans de mandature, le fossé n'a cessé de s'élargir entre Michel Coutin et ses élus. En cause : plusieurs divergences sur les projets à mener. "Au niveau des services publics, il ne défend pas les valeurs de la commune que ce soit pour la poste, les sapeurs-pompiers, les crèches…", dénonce Marc Millet-Ursin. L'ancien adjoint au maire remet notamment en cause la fermeture de la caserne de Doussard en vue d'une fusion avec celle de Faverges-Seythenex.

Pour Michel Coutin, le divorce a débuté en janvier dernier, lors d'un conseil municipal où un groupe de huit à dix élus lui a proposé de rajouter une motion de confiance à l'ordre du jour. "Notre différend a été mis sur la place publique ! À ce moment-là, la confiance avec mes élus a été gravement endommagée", confie l'édile. Au mois de mars, c'est le budget de la commune qui n'avait pas été voté.

Ces conseils municipaux ont laissé des traces chez le maire, mais aussi chez ses conseillers municipaux. Mais selon eux, leurs rapports étaient déjà fragilisés plusieurs mois auparavant. "Le dialogue a toujours été difficile. Si on n'est pas d’accord avec lui, on a tort. Il n’hésite pas parfois à ridiculiser, de mettre la pression, d’utiliser des mots désagréables surtout auprès des conseillères." explique l'ancienne conseillère municipale Margaret Gourdin.

De nouvelles élections attendues en décembre

Dans un communiqué, les élus démissionnaires dénoncent des pratiques de "chantages, des cachoteries, des propos misogynes et un comportement dictatorial". Face à ces accusations, le maire Michel Coutin se dit touché et attend la plainte de ses anciens conseillers municipaux : "Les critiques formulées à mon égard, je ne peux pas dire que j’y suis insensible. Que l’on ne soit pas d’accord avec moi, c’est une chose, mais quand on m’affuble de certains qualificatifs, c’en est une autre."

Plongés au milieu de cette tourmente, les habitants espèrent que la vie de leur commune ne sera pas entravée. "On a reçu une lettre du maire, après l'une envoyée par des conseillers. On ne comprend pas ce qu'il se passe vraiment. […] C'est triste, car c'est tout de même une ville touristique", livre une Doussardienne.

Même si le conseil municipal s'exécute en comité restreint, de nombreuses incertitudes planent sur le futur de la commune de Doussard. De nouvelles élections devraient se tenir en décembre prochain.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité