Une randonneuse chute de trente mètres et se blesse : elle est secourue en pleine nuit, après plusieurs heures de recherches en Haute-Savoie

Ce lundi 26 février, après plusieurs heures de recherches infructueuses, une randonneuse a finalement été retrouvée saine et sauve, dans le secteur des Dents de Lanfon, près d'Alex en Haute-Savoie. Blessée à la jambe et retrouvée dans un torrent, elle a été hélitreuillée sur le centre hospitalier Annecy Genevois.

Après plusieurs heures de recherches, les équipes de secours sont finalement parvenues à retrouver une randonneuse, sur le secteur d'Alex (Haute-Savoie). Elle n'avait pu donner que de rares nouvelles depuis le milieu d'après-midi, ce lundi 26 février. Par téléphone, elle avait alors expliqué avoir fait une chute en montagne et s'être cassé la jambe, sur le secteur des Dents de Lanfon.

Une localisation difficile

Selon la compagnie de gendarmerie d'Annecy, l'appel aurait été brusquement coupé, laissant alors les forces de l'ordre avec très peu d'informations. Les gendarmes ne connaissaient que son nom, son point de départ et son numéro de téléphone. Le processus de géolocalisation du téléphone de la randonneuse n'a pas permis de la situer précisément.

Un poste de commandement conjoint entre la gendarmerie et les pompiers a été installé au niveau de Villard-Dessus, au-dessus de la commune d'Alex. Lors d'une enquête de voisinage, les militaires de la brigade de gendarmerie de Thônes ont appris, grâce au fils de la randonneuse, que sa mère se rendait régulièrement dans le secteur du Grepon. Une voisine aurait de plus vu la randonneuse quitter son domicile en fin de matinée.

Une montée en puissance des secours

Immédiatement après l'appel, deux hélicoptères Dragon 74, avec à leur bord des gendarmes du PGHM d'Annecy et des sapeurs-pompiers du Groupe montagne, ont commencé à ratisser une très large zone de recherches. Le téléphone de la randonneuse n'émettait alors plus aucun signal. L’hélicoptère Choucas 74 de la Section aérienne de la gendarmerie de Chamonix a été déployé en renfort à la tombée de la nuit. Mais les jumelles thermiques n'ont pas permis de détecter la randonneuse, à cause de la végétation dense.

Au sol, cinq équipes cynophiles, quatre sapeurs-pompiers et une équipe du Peloton de surveillance et d’intervention de Thonon-les-Bains, appuyés par des bénévoles de secours en montagne, se sont réparti les zones de recherche, entre le domicile de la victime et le secteur où le téléphone a émis pour la dernière fois.

Le temps presse

La randonneuse est parvenue, en début de soirée, à appeler l'un de ses proches. Les secours ont alors appris qu'elle est tombée dans un torrent, qu'elle a bien une jambe cassée et qu'elle ne peut pas bouger. La communication téléphonique n'a pas donné plus d'éléments sur la localisation exacte de la victime alors que les températures commencent à baisser.

Les équipes cynophiles sont parvenues à limiter le secteur de recherches, et les secours arrivent finalement à entendre la voix faible d'une femme, dans un ravin. La randonneuse est retrouvée dans un torrent à fort débit, en dehors du sentier. Les forces de l'ordre précisent que "la végétation et les pentes escarpées en ce lieu de découverte étant particulièrement exposées, cette opération réalisée de nuit a nécessité de la part du pilote et de son équipage une manœuvre technique et délicate qui a duré plus de trente minutes."

Selon la gendarmerie, la randonneuse est une "miraculée car non seulement elle s'était écartée du sentier, mais elle a également fait une chute d'environ trente mètres, qui aurait pu lui être fatale." Elle a ensuite été hélitreuillée par Dragon 74 sur le centre hospitalier Annecy Genevois, en fin de soirée vers 22 heures.

L'opération de secours, d'une très grande ampleur, a nécessité l'engagement de 25 sapeurs-pompiers (dont cinq du Groupe montagne sapeurs-pompiers et cinq de  l'Équipe première intervention montagne). Sur place, 14 gendarmes, parmi lesquels des membres du groupement de gendarmerie d'Annecy, des militaires du BTA de Thônes et un officier de la compagnie d'Annecy, ainsi que six membres du Peloton de gendarmerie de haute montagne d'Annecy. En soutien également, neuf bénévoles du secours du département de Haute-Savoie.