• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

ANIMAUX. Frappé à coup de nunchaku, le chien Gipsy retiré à son propriétaire par la police d'Annemasse (Haute-Savoie)

Gipsy est aujourd'hui en sécurité au Refuge de l'espoir à Arthaz. / © Police nationale 74.
Gipsy est aujourd'hui en sécurité au Refuge de l'espoir à Arthaz. / © Police nationale 74.

Les policiers d'Annemasse sont intervenus pour mettre fin au calvaire d'un border collie de 4 ans. Gipsy était frappé par son maître. Il a été confié à la SPA.

Par Yann Gonon

La police d'Annemasse publie sur son compte twitter le récit de l'une de ses dernières interventions. Elle a retiré un chien à son maître qui le frappait à coup de "nunchaku".

Tout a commencé ce jeudi 8 novembre 2018. Un chien errant est ramené à son propriétaire, à Annemasse, en Haute-Savoie, par un enquêteur de l'association "Animaux secours". Alors qu'on lui ramène son chien, le propriétaire est très remonté : "je vais le massacrer" se serait-il exclamé. Pire, il aurait utilisé un "nunchaku", pour le frapper. Composé de 2 ou 3 morceaux de bois reliés par une corde ou une chaîne, l'outil, rendu célèbre par les films de Bruce Lee, est pratiqué dans les écoles d'arts martiaux.

L'échange entre l'enquêteur et le propriétaire aurait été très "tendu" explique la direction de l'association. Décision aurait alors été prise d'appeler la police et de retourner sur place au plus vite.
 

C'est le lendemain, vendredi 9 novembre dans l'après-midi, que 2 enquêteurs, épaulés par la police d'Annemasse, sont retournés dans la propriété. La police a obligé le propriétaire à leur remettre le chien qui a été immédiatement confié "par précaution" au "Refuge de l'espoir" à Arthaz.

Aujourd'hui le chien se porte bien. Gipsy est un border collie âgé de 4 ans. Il ne porterait aucune trace de violence selon les premiers constats.

Une enquête a été ouverte. L'association "Animaux secours" se réserve le droit de porter plainte. Gipsy ne sera rendu à son propriétaire "que si l'on est sûr qu'il y est en sécurité" assure la direction.

 

Sur le même sujet

Mois sans tabac : l'hypnose de plus en plus choisie pour arrêter de fumer

Les + Lus