Cet article date de plus de 4 ans

Il gravit seul le Mont Blanc et se tue à la redescente

En fin de matinée, mercredi 31 août, les hommes du PGHM de Chamonix ont du intervenir sur une opération de secours dans la face nord du Mont Blanc. Malheureusement, ils n'ont rien pu faire pour secourir la victime de la chute, un allemand de 67 ans originaire de Munich.
Vue aérienne du Mont-Blanc
Vue aérienne du Mont-Blanc © France 3 Alpes
Celui-ci était seul en course.Il évoluait sans piolet ni baudrier et n'était pas encordé. Il venait de gravir le Mont Blanc par la voie normale et c'est à la redescente que l'accident s'est produit. 100 mètres environ sous le sommet, sur une arête extrêmement étroite, de 40 centimètres de large environ, il a chuté, une chute d'environ 200 mètres en sautant un mur de glace.

"A cet endroit, explique l'un des secouristes du PGHM joint par téléphone, la moindre faute de cramponage est fatale, on se prend le crampon dans le pantalon ou les lacets et on part". D'autant que l'homme croisé par une cordée d'allemands était fatigué par l'ascension et l'altitude. C'est une cordée bulgare qui le suivait qui a assisté au drame et a donné l'alerte. Le malheureux est mort sur le coup.

Une enquête est ouverte par les gendarmes pour comprendre exactement ce qui s'est passé. Un nouveau décès qui rappelle l'importance de ne pas partir seul en montagne pour ce genre d'ascension : " on ne doit pas banaliser l'altitude" répètent les professionnels de la montagne.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers montagne