• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Des élèves de Frangy (Haute-Savoie) au Burkina Faso pour un projet solidaire

C'est la première fois qu'une classe de primaire part à la découverte d'un pays d'Afrique. Une classe de Frangy va rencontrer une l'école de Kaya, au Burkina Faso. Entre nous, la rubrique des belles idées de France 3 Alpes, s'est fait l'écho de l'initiative de cette classe. 

Par Céline Aubert

La petite classe n'en est qu'à la période préparatoire. Le financement du projet, précisément. Les jeunes élèves fabriquent des décorations qu'ils vont vendre au marché de Noël pour faire rentrer un peu d'argent dans leur budget. Ce voyage au Burkina Faso à la rencontre des élèves de Kaya, c'est leur projet de l'année. 

Un projet mené avec leur instituteur, Erny Goets, qui connaît bien l'Afrique. Il la sillonne depuis 10 ans. Les parents d'élèves sont également très investis. De leur côté, ils organisent une collecte pour les petits burkinabés: vêtements, jeux, informatique, livres...

Découvrir la vie d'autres enfants dans une école d'Afrique, c'est un premier pas vers la solidarité, mais aussi une façon de se rendre compte qu'ils sont privilégiés, comme le souligne une maman.  

Le voyage devrait réunir une trentaine de personnes, élèves, parents (un par enfant), l'instituteur, l'auxiliaire de vie scolaire et un médecin. Mais rien n'est gagné, car ils n'ont pas encore obtenu l'autorisation de partir à cause des risques sanitaires et sécuritaires dans ce pays. Dans le cas contraire, les parents sont décidés à partir sous leur unique responsabilité, pendant les vacances scolaires. 


Ces 12 élèves de Haute-Savoie font partie d'une classe pour l'inclusion scolaire (CLIS). L'enseignement s'y fait par petits groupes. La classe de Frangy est adaptée au retard d'apprentissage. Il existe quatre types de CLIS: pour les troubles cognitifs, pour les soucis auditifs, pour les handicaps visuels, et pour les problèmes moteurs.




Egalement dans Entre nous

Les sportifs ont du coeur, et ils le prouvent ! Dans le cadre de la Semaine de la solidarité internationale et de l’aide humanitaire, un collectif de 75 associations à Echirolles organisait du 23 au 19 novembre une collecte de denrées alimentaires auprès de ses adhérents. 9000 personnes en tout ont répondu à cet appel au don. Les marchandises ont été distribuées au Secours Populaire échirollois. 

Un beau geste qui a fait de ces sportifs des citoyens solidaires, à l'image des valeurs véhiculées par le sport. A son origine, OSE (Objectif Sport Echirolles), qui fédère tous ces clubs. 

Sur le même sujet

Echevis ne veut pas être coupé du monde

Les + Lus