VIDEO. Haute-Savoie : un pan de la falaise de Vange s'effondre, “l'onde de choc a fait vibrer la maison”

Un pan de la falaise de Vange s'est effondré dimanche 2 février vers 12h30, sur la commune de Sallanches. / © Alain Sérasset
Un pan de la falaise de Vange s'est effondré dimanche 2 février vers 12h30, sur la commune de Sallanches. / © Alain Sérasset

Dimanche 2 février dans la matinée, un pan de la falaise de Vange, située sur la commune de Sallanches, en Haute-Savoie, s'est effondré. Ce phénomène impressionnant n'a pourtant rien d'exceptionnel d'un point de vue géologique.

Par Sophie Marechal

"On sortait le poulet du four, lorsque toute la maison a vibré." Dimanche 2 février aux alentours de 12h30, Alain Séresset, habitant de Sallanches, en Haute-Savoie, dans le quartier de Luzier, a été témoin d'un phénomène impressionnant.

"Il y a eu une onde choc dans l'air. J'ai juste eu le temps d'attraper mon téléphone et de sortir filmer. Un pan de la falaise de Vange s'effondrait, raconte-t-il. Ca a fait comme une grosse avalanche, mais en beaucoup plus fort. Ces éboulements sont assez courants, mais de cette ampleur, c'était vraiment une première. C'était très impressionnant."
 

Entre 80 000 et 100 000 mètres cubes de roches sont tombés dimanche 2 février. Personne n'a été blessé et aucun dégât matériel n'est à signaler. Cela pourrait cependant entraîner des coulées boueuses hors du lit du cours d'eau en contrebas de la falaise calcaire, selon Ludovic Ravanel, géomorphologue et chercheur à l'université de Savoie. 


Un phénomène normal dans ce secteur

"Le redoux et les fortes précipitations de ces derniers jours peuvent être liés à cet éboulement, mais à Sallanches, cela n'a rien à voir avec le réchauffement climatique, reprend le spécialiste. Ce secteur a déjà bougé, il est relativement instable. C'est un phénomène géologique normal."
 

Il y a une dizaine d'années environ, un éboulement de cette ampleur s'était déjà produit dans les montagnes surplombant le village haut-savoyard. En 1940, un éboulement encore plus important avait eu lieu. 

Ce dimanche, 10 hectares de foret ont été détruits. "Ces effondrements modifient le paysage, mais également l'écologie, reprend Ludovic Ravanel. On a eu de la chance que le volume ne soit pas supérieur, cela aurait alors été dangereux pour les maisons à proximité."
 

Sur le même sujet

Les + Lus