Incendie de Feyzin: 51 ans après la catastrophe, ou en est la prévention?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Gonzalez
Feyzin le 04/01/2017
Feyzin le 04/01/2017 © France3 RA

L'incendie du 4 janvier 1966 a laissé une trace douloureuse dans les mémoires. Concrètement, 51 ans après, le seul outil mis en place en matière de prévention des risques se nomme PPRT (plans de prévention des risques technologiques). Un outils déployé sur les sites « Seveso seuil haut ».

Leur objectif est de résoudre les situations difficiles en matière d’urbanisme héritées du passé et mieux encadrer l’urbanisation future.

Le contenu d’un PPRT

Les PPRT constituent la mesure phare de la loi du 30 juillet 2003. Ils concernent tous les établissements relevant du statut seuil haut, s’apparentant aux sites Seveso seuil haut au sens de la directive européenne Seveso. Ils visent à améliorer la coexistence des sites industriels à hauts risques existants avec leurs riverains, en améliorant la protection de ces derniers tout en pérennisant les premiers.
Après instruction technique, concertation et enquête publique, le PPRT est approuvé. Il peut prévoir plusieurs types de mesures :
  • des mesures foncières sur l’urbanisation existante la plus exposée (expropriations, droit de délaissement) 
  • des mesures supplémentaires de réduction du risque à la source sur les sites industriels (modification de procédé, déplacement d’unité…), si elles sont moins coûteuses que les mesures foncières qu’elles permettent d’éviter 
  •  
  • des travaux de renforcement à mener sur les logements voisins existants vis à vis des effets (lien vers les effets) en cas d’accidents technologiques 
  • des restrictions sur l’urbanisme futur (restrictions d’usage, règles de construction renforcées…).
durée de la vidéo: 02 min 05
Feyzin : Plan de protection des risques technologiques ©France3 RA

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.