Bourgoin-Jallieu : la venue de correspondants chinois annulée à cause du coronavirus

Des dizaines de jeunes Chinois devaient arriver mercredi 29 janvier à Bourgoin-Jallieu dans le cadre d'un échange avec deux collèges et un lycée de la ville. Mais leur venue a finalement été annulée à cause de l'épidémie de coronavirus.
Collège Siant-Michel à Bourgoin-Jallieu
Collège Siant-Michel à Bourgoin-Jallieu © Capture Google Maps
Le coronavirus n'est pas encore arrivé en Isère, mais il a bien des répercussions locales. À Bourgoin-Jallieu, des dizaines de jeunes Chinois devaient arriver demain mercredi pour passer quelques jours avec leurs correspondants français. Mais le voyage a été annulé pour ne pas propager le coronavirus.

Les adolescents de Wujiang, ville jumelée à Bourgoin-Jallieu, devaient être dispatchés entre les collèges de Saint-Michel et de Saint-Joseph et le lycée l'Oiselet. À Saint-Michel, "une vingtaine de Chinois devaient venir, et être hébergés dans une vingtaine de familles françaises", explique M. Balan, le chef de l'établissement. 

 

Wujiang est situé à 800 kilomètres de Wuhan, le centre de l'épidémie de coronavirus qui a fait plus de cent morts en Chine ces dernières semaines. Surtout, Wujiang est à deux heures de Shanghaï, où une victime a été recensée. L'administration chinoise a donc décidé d'annuler l'échange, et l'établissement chinois a ensuite prévenu ses partenaires français.

"Quelques familles, qui n'accueillaient pas d'élèves chinois, nous avaient fait part de leurs inquiétudes, mais la familles qui accueillaient étaient plutôt inquiètes que les correspondants ne puissent pas venir", détaille le chef d'établissement.
 

Un voyage en Chine prévu en avril

La ville de Bourgoin-Jallieu organise depuis de nombreuses années des échanges avec des écoles chinoises. À Saint-Michel, les jeunes Chinois devaient passer cinq jours en Isère, avant d'aller découvrir Paris. 

Les élèves du "club mandarin" de Saint-Michel, eux, doivent se rendre en Chine en avril, pour ce qui était censé être la seconde partie de l'échange. "Pour le moment, c'est ce qui est prévu. On va voir en fonction de l'évolution de la situation sur place et prendre le temps de prendre une décision", explique le directeur du collège.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société