Cancer de la prostate: le fonds américain InnovaHealth reprend la pépite grenobloise Koelis

© Néphron. Wikipédia
© Néphron. Wikipédia

Le fonds américain InnovaHealth Partners a annoncé ce mardi 17 septembre avoir pris une participation majoritaire au capital de la start-up grenobloise Koelis, spécialisée dans le diagnostic et le traitement du cancer de la prostate.

Par AFP

Le montant de son investissement, qui prend la forme d'une augmentation de capital, n'a pas été rendu public.

 Koelis est l'une des pépites françaises des technologies médicales qui avait obtenu le "Pass French Tech" accordé aux jeunes entreprises prometteuses.

 Cette notoriété lui aurait probablement permis de trouver un investisseur français mais Koelis recherchait en premier lieu un partenaire aux États-Unis capable de l'aider dans ses efforts d'implantation sur ce gigantesque marché.

 "L'objectif principal était de trouver un fonds américain pour faciliter notre développement sur ce marché où il y a des parts de marché énormes à prendre", a expliqué le responsable de la communication Quentin Richard.

 Les "relations stratégiques" d'InnovaHealth, "son réseau de cliniciens et ses capitaux seront déterminants dans les années à venir" pour Koelis, a complété le fondateur de l'entreprise Antoine Leroy, dans un communiqué.

 Fondée en 2006 à partir de travaux menés dans un laboratoire du CNRS, la société de Meylan, dans la banlieue de Grenoble avait procédé à un premier tour de table six ans plus tard. Le fonds d'investissement français Medevice lui avait alors apporté un million d'euros, utilisés pour mettre au point son système d'imagerie interventionnelle.

 L'argent d'InnovHealth doit permettre à Koelis de déployer à l'international sa plateforme de cartographie de la prostate, désormais capable de guider une aiguille brûlant la tumeur par ultrasons.

 Koelis emploie actuellement 47 salariés en France, 5 aux États-Unis et un à Hong Kong. La société a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 5,4 millions d'euros et connaît une croissance de 30% par an.
   

Sur le même sujet

Grêle en Drôme : un nouveau coup dur

Les + Lus