De l'Isère au ciel de Barcelone, une entreprise familiale fabrique les flèches de la Basilique Sagrada Familia

Salvatore Maligno, le fondateur de SMF mécanique de précision n'est pas peu fier d'avoir décroché cette prestigieuse commande, lui, le fils d'immigré sicilien, qui a appris le métier "sur le tas" et fabrique aujourd'hui, avec ses fils, les flèches de la Sagrada Familia.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Salvatore Maligno pose avec un beau et franc sourire dans son atelier aux côtés de ses deux fils, et devant les pointes de flèches qu'ils ont fabriquées pour La Sagrada Familia, l'œuvre emblématique de Gaudi, le monument le plus visité d’Espagne.

Leur travail devrait orner la Basilique d'ici la fin de l'année 2026 et coiffer 12 des flèches du sommet de l'édifice catalan érigé en 1883.

Façonnées sur 5 faces, en une seule pièce, forées pour recevoir un éclairage, elles pèsent chacune 46 kilos et mesurent 53 centimètres.

Un travail à la fois de haute technologie, et de savoir-faire artisanal de précision : "nous sommes capables en effet d'usiner ici, à la fois des très grandes pièces, comme de toutes petites ", explique Saverio Maligno, qui gère l'entreprise familiale SMF mécanique de précision, spécialisée dans les petites séries pour l'industrie et le matériel médical.

Et puis est arrivée soudain cette commande inédite, pour un édifice hors norme, le rêve de pierre de l'architecte Antoni Gaudi. Les ateliers ont travaillé jour et nuit et plus de deux mois de labeur ont été nécessaires : "une grande fierté pour la famille, et tous les gars qui ont bossé et ont fait leur belle part de boulot", s'enthousiasme Stéphane Maligno.

Salvatore, le patriache, déguste ce moment. Arrivé à Grenoble de Sicile en 1963, il s'est frotté à tous les métiers d'usinage, "a appris auprès des chaudronniers, puis en mécanique où on m'a laissé ma chance et donné la possibilité de varier les techniques et d'acquérir de l'expérience".