En Isère, des coureurs ramassent 248 masques jetés en pleine nature lors d'un "ultra-maskathon"

Des athlètes ont ramassé plus de 200 masques lors d'une opération de nettoyage de la nature sur la plaine de la Bièvre, en Isère. L'association dont il font partie s'engage à planter un arbre fruitier pour chaque centaine de masques ramassée.

Un défi sportif pour préserver l'environnement. En Isère, trois athlètes ont parcouru 50 kilomètres à travers la plaine de la Bièvre, en courant ou en pédalant, pour traquer les masques chirurgicaux abandonnés en pleine nature. Cette opération baptisée "ultra-maskathon" a permis de ramasser 248 masques abandonnés en 7 heures d'effort. Il s'agissait de la dernière étape du tour de France de ramassage des déchets initié par l'Isérois Clément Chapel, fondateur de l'association Ploggathon.

View this post on Instagram

Une publication partagée par Clément Chapel (@clement_chapel)

A l'origine de cette initiative, une prise de conscience sur la pollution de certains sites naturels. "J'étais au lac de Monteynard récemment, et voir des déchets dans cet environnement incroyable, ça fait mal au coeur. C'est l'envie de faire du sport utile qui m'a poussé à me lancer dans ces aventures au service de l'environnement", explique Clément Chapel à France 3 Alpes.

 

Des arbres fruitiers plutôt que des masques

Son "Trash summer tour" l'a mené de Millau à Saint-Malo en passant par Calais jusqu'aux Pays-Bas. Les participants ont parcouru au total près de 6 000 kilomètres, ramassant plus d'une tonne de détritus dont 3 161 masques, le "nouveau déchet à la mode". Et l'association Ploggathon s'est fixé un objectif. "On a décidé de s'engager à planter un arbre fruitier, dans un objectif de résilience alimentaire, pour chaque centaine de masques ramassée, pour chaque centaine de kilomètres parcourue, et pour chaque centaine de dépôts sauvages identifiée", ajoute son fondateur.

Ce sont donc 32 arbres fruitiers qui vont être plantés pour les quelques milliers de masques ramassés depuis le début de l'opération, fin juin. Mais cette promesse ne pourra se réaliser que grâce aux dons récoltés par l'association. Une cagnotte en ligne a été lancée, l'argent récolté doit permettre de financer "intégralement" la plantation des arbres fruitiers biologiques, le matériel, la formation de bénévoles qui sensibiliseront à cette initiative. Le premier événement de plantation est prévu pour le 5 décembre à Saint-Siméon-de-Bressieux, en Isère.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement pollution course à pied sport