Coronavirus : des subventions en hausse pour les précaires qui veulent partir en vacances

Parce que les vacances c'est nécessaire et encore plus cette année après une période de confinement difficile à vivre, l'Agence nationale pour les chèques-vacances a augmenté les subventions pour les jeunes et cible de nouveaux publics. Une étudiante originaire de Grenoble témoigne. 
© Jean-Luc Flémal / Maxppp
"Sans cette aide, jamais je n'aurais pu m'offrir ces vacances." Etudiante aux revenus modestes, Anne-Solenne, 24 ans, vient de prendre quelques jours de répit en Bretagne pour une somme dérisoire, grâce à une aide méconnue de l'Agence des chèques-vacances, renforcée à l'occasion de la crise sanitaire. Avec cette subvention, sa location de quatre nuits à Saint-Malo ne lui a coûté que 53 euros, "moins cher qu'une auberge de jeunesse!", observe la jeune femme originaire de Grenoble. "Après l'annulation de mon stage à cause du Covid et des problèmes de santé, j'avais vraiment besoin de voir la mer, ça m'a fait un bien énorme!"
 

Une subvention de 200 euros


Comme Anne-Solenne, quelque 2.100 jeunes de 18 à 25 ans se sont inscrits cette année pour bénéficier de ce programme réservé aux étudiants boursiers, apprentis ou volontaires en service civique. Chaque jeune éligible peut bénéficier d'une subvention portée cette année à 200 euros - au lieu de 150 habituellement - pour un séjour à la mer, à la montagne ou pour un "city break" en France ou ailleurs en Europe. Les bénéficiaires doivent s'acquitter d'une participation minimale de 50 euros par personne. 

Le dispositif s'inscrit dans la mission sociale dévolue à l'Agence nationale pour les chèques-vacances : grâce aux commissions prélevées sur ces bons distribués aux salariés par les comités d'entreprises ou les employeurs - et aussi aux sommes récupérées sur les chèques non utilisés -, l'ANCV aide des publics fragiles à partir, eux aussi, en vacances.
   

Franchir un cap


En cette année 2020 marquée par l'épidémie de Covid-19 et des incertitudes sur les départs, l'aide a été réévaluée cette année, pour être plus incitative. "L'idée, c'est d'aider les bénéficiaires, souvent culturellement éloignés des vacances, à franchir un cap", explique Alain Schmitt, directeur général de l'ANCV. Cette première expérience, "entre copains, sans les parents", pourra ensuite aider ces jeunes "à s'insérer, à progresser socialement", pourquoi pas en apprenant à se constituer un budget en vue d'un prochain départ, souligne Dominique Ktorza, chargée des politiques sociales à l'agence.  

Les jeunes ne sont pas les seuls à pouvoir bénéficier des 27 millions d'euros consacrés chaque année par l'ANCV à ces programmes sociaux : un autre dispositif cible ainsi les seniors de plus de 60 ans - le plus souvent, encore relativement autonomes, mais isolés et qui ne partent plus en vacances. Du fait de l'épidémie, seuls 19.000 seniors se sont cependant inscrits pour en bénéficier cette année, pour des séjours prévus entre fin août et décembre - contre 85.000 bénéficiaires l'an dernier.
 

Toucher d'autres cibles


Grâce aux marges ainsi involontairement dégagées, l'agence a donc fait le choix d'augmenter ses aides, mais cherche aussi à toucher d'autres cibles. Elle vient ainsi de lancer des appels à candidatures pour mettre sur pied des séjours subventionnés pour les femmes victimes de violences (avec une aide pouvant aller jusqu'à 300 euros par femme) ou encore pour les jeunes habitant dans les quartiers prioritaires. Un programme a même été imaginé pour les résidents de maisons de retraite: après des mois de confinement et d'isolement, eux aussi ont besoin de "répit et d'évasion", souligne l'ANCV.  De petits groupes de personnes âgées, accompagnées de leurs aidants, pourraient ainsi bénéficier d'une aide de 3.500 euros pour partir un à trois jours dans un gite proche de leur Ehpad. Si la situation épidémique le permet, bien sûr.

    
    
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vacances sorties et loisirs solidarité société