La direction de GE Hydro/Alstom à Grenoble “prise en otage” par les salariés

© Céline Aubert-Egret
© Céline Aubert-Egret

Les salariés de GE Hydro/Alstom ont contraint leur direction à s'expliquer ce mardi 3 octobre 2017 à Grenoble. Un coup de force qui intervient au lendemain de la visite d'Arnaud Montebourg. L'ancien ministre de l'Economie était venu leur proposer sa solution contre le plan social qui les menace.

Par AH

Ils sont sortis renforcés de la réunion avec Arnaud Montebourg hier soir.


Les salariés de GE Hydro à Grenoble sont bien décidés à se battre encore et encore contre le plan social qui les attend. Et la suppression de 345 des 800 emplois du site.

Ce mardi 3 octobre 2017, l'entreprise grenobloise est sous tension.

Tout a commencé vers 7 heures, avec un feu de palette dans la cour de l'usine. Les pompiers sont intervenus. Ils ont éteint le feu au moyen d'une lance.

A l'arrivée d'une délégation de directeurs parisien, le ton est monté. Les salariés ont incité fortement la direction à leur fournir des explications sur le PSE qui les attend.

Près de 200 salariés se sont rassemblés spontanément dans l'entreprise.
Manifestation chez General Electric
Intervenants : Rosa Mendes , CGT General Electric Hydro/Alstom ; Nadine Boux, CFE-CGC General Electric Hydro/Alstom - Céline Aubert-Egret, Didier Albrand, Jules Laval et Sophie Villatte





Sur le même sujet

SNCF : la ligne Le Puy en Velay – Firminy entre à nouveau en service

Près de chez vous

Les + Lus