• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • DÉCOUVERTE
  • ECONOMIE
  • CULTURE
  • SPORT

Expédition 5300 : des chercheurs de Grenoble vont étudier l’hypoxie dans la ville la plus haute du monde

© A. Pittet Laboratoire HP2 Grenoble
© A. Pittet Laboratoire HP2 Grenoble

L’hypoxie, c’est le manque d’oxygène. Des chercheurs grenoblois s’envolent ce 28 janvier 2019 pour la ville la plus haute du globe, La Rinconada au Pérou. Ils vont étudier les effets de l’hypoxie sur la population locale. Une première mondiale !

 

Par Jean-Christophe Pain

Du 28 janvier au 3 mars 2019, une équipe de chercheurs grenoblois, menée par Samuel Vergès, spécialiste de l'hypoxie, s'envolera pour La Rinconada, au Pérou, la ville la plus haute du monde, à 5 300 mètres d'altitude.

Ces scientifiques vont étudier l'impact du manque d'oxygène sur la santé de la population locale. 50 000 habitants qui "survivent" en hypoxie. Plus on s'élève en altitude, plus l'oxygène se raréfie, plus il est difficile de respirer. 

 
Le teaser de l'Expédition 5300
 

Un laboratoire d'exception


Le grenoblois Samuel Vergès, ex-sportif de haut-niveau, chercheur INSERM, étudie depuis 15 ans les effets de l'hypoxie sur l'être humain, dans son laboratoire HP2, au sein du CHU Grenoble-Alpes. 

L'Expédition  5300 est financée par la nouvelle Chaire Altitude Montagne Santé, avec le soutien de l'Université Grenoble-Alpes, et de plusieurs partenaires privés. 

Le laboratoire HP2 est devenu le leader français, et l'un des labos les plus reconnus dans la recherche sur l'hypoxie d'altitude. Il a déjà étudié "in situ" le comportement d'alpinistes dans le massif du Mont-Blanc, et en Himalaya.

En collaboration avec le CHU Grenoble-Alpes, Samuel Vergès et ses équipes travaillent aussi sur la médecine du sport à travers la performance sportive, et notamment les Ultratrails, comme l'UT4M.

 
Un laboratoire spécialisé dans l'hypoxie
 

La ville la plus haute du monde


L'être humain peut s'adapter à l'altitude, mais jusqu'à une certaine limite. Et c'est cette limite que Samuel Vergès et ses équipes veulent explorer en grimpant jusqu'à La Rinconada. Une ville improbable, qui a surgi de la montagne... pour en extraire de l'or.

50 000 personnes y survivent dans des conditions extrêmes. Pas d'eau courante, aucune végétation, un taux d'oxygène diminué de 50 % par rapport au niveau de la mer. A la limite de la tolérance humaine.

Comment ces êtres humains se sont-ils adaptés ? Quelles maladies spécifiques développent-ils, et pourquoi ? 

C'est la première fois qu'une telle étude va être menée à La Rinconada. Une aventure sans précédent, scientifique, et humanitaire aussi, puisque l'Expédition 5300 va mettre en place un soutien logistique pour aider la population à mieux vivre dans cet environnement hostile. 

 
Expédition 5300 : des chercheurs de Grenoble vont étudier l’hypoxie dans la ville la plus haute du monde
Intervenants : Samuel Vergès, chercheur INSERM Laboratoire hypoxie Université Grenoble Alpes, Dr Stéphane Doutreleau responsable Unité Sport et pathologies CHUGA Reportage : JCPain, M. Quemener, P. Caillat
 

Des recherches qui peuvent aider à mieux soigner


Les recherches menées à La Rinconada pourront déboucher, à terme, sur des traitements innovants. L'hypoxie, bien maîtrisée, peut aider à soigner, y compris les habitants des plaines. 

Au CHU de Grenoble, dans l'Unité Sport et pathologies, le Dr Stéphane Doutreleau soigne déjà des patients souffrant d'infarctus en leur faisant respirer, dans des conditions bien précises, de l'air appauvri en oxygène. 

L'effet est -un peu- comparable à celui du vaccin. En forçant le coeur à s'activer, en le stimulant, cette "cure" renforce l'organe. Le coeur, ainsi entraîné régulièrement, saura mieux réagir et se défendre lors d'une crise future.

 
Samuel Vergès dans son laboratoire HP2 au CHU Grenoble-Alpes
Samuel Vergès dans son laboratoire HP2 au CHU Grenoble-Alpes








 

Sur le même sujet

Safari de Peaugres : Rhino, jeune rhinocéros blanc

Les + Lus