Grenoble : un animateur suspecté d'attouchements sexuels sur des fillettes de 6 ans comparaît devant la justice

Palais de justice de Grenoble. / © AFP
Palais de justice de Grenoble. / © AFP

Ce jeudi 7 novembre est jugé au tribunal correctionel de Grenoble un animateur de 26 ans suspecté d'attouchements sexuels sur des fillettes de 6 ans. Les faits remontent à 2016, cinq plaintes ont été déposées.

Par Martin Vanlaton

Les faits remontent à l’automne 2016. Un animateur, âgé de 23 ans à l’époque, est licencié pour des suspicions d'attouchement sur des fillettes. L’homme, embauché par la Ville de Grenoble, intervient dans plusieurs écoles pendant les temps périscolaires (TAPS), notamment à l'école primaire de Menon située dans le quartier de l’Ile-Verte. Deux fillettes de 6 ans scolarisées dans cet établissement donnent l’alerte.
 

L’animateur est accusé d’attouchements sexuels sur les enfants à travers leurs vêtements. Il n’a pas de casier judiciaire, celui-ci étant demandé à l’embauche, et nie les faits reprochés.

 

5 plaintes déposées


Ce jeudi 7 novembre, l’animateur, aujourd’hui âgé de 26 ans, comparaît devant le tribunal correctionnel de Grenoble pour agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans. Ce n’est plus deux, mais cinq fillettes qui sont concernées. Quatre, âgées de 6 ans au moment des faits et scolarisées à l’école Menon, ainsi qu'une fillette scolarisée à l’école La Fontaine, où l’agent public travaillait également. Les cinq familles ont porté plainte.

Début 2019, le parquet a requis un non-lieu mais le juge d’instruction n'a pas suivi pas ces réquisitions et ordonné la tenue d’un procès. L’animateur est jugé ce jeudi 7 novembre au tribunal correctionnel de Grenoble. Il encourt jusqu’à 7 ans de prison.

 

Chronologie des faits

 

  • Octobre 2016 : une première famille alerte la direction de l’établissement
     
  • 15 novembre 2016 : l'animateur est licencié par la Ville de Grenoble, son employeur
     
  • 6 décembre 2016 : l’animateur est mis en examen pour agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans et placé sous contrôle judiciaire
     
  • Début 2019 : au terme de l’instruction, le parquet requiert un non-lieu. Des réquisitions non suivies par le juge d’instruction qui ordonne la tenue d’un procès
     
  • 7 novembre 2019 : procès de l’animateur au tribunal correctionnel de Grenoble

Sur le même sujet

Les + Lus